6 juillet 2012 / 18:45 / il y a 5 ans

Vivendi sonderait les appétits pour sa filiale Activision

<p>Eric Hirshberg, le PDG d'Activision. Vivendi sonde discr&egrave;tement l'app&eacute;tit d'acheteurs potentiels pour son activit&eacute; de jeux vid&eacute;o Activision Blizzard, alors que le conglom&eacute;rat doit donner des gages aux actionnaires et aux agences de notation sur sa capacit&eacute; &agrave; redresser la valeur du groupe, selon des personnes proches du dossier. /Photo prise le 6 juin 2012/David McNew</p>

par Sophie Sassard

LONDRES (Reuters) - Vivendi sonde discrètement l'appétit d'acheteurs potentiels pour son activité de jeux vidéo Activision Blizzard, alors que le conglomérat doit donner des gages aux actionnaires et aux agences de notation sur sa capacité à redresser la valeur du groupe, ont rapporté cinq personnes proches du dossier.

Standard & Poor's a donné un nouveau coup de semonce mercredi en plaçant sous surveillance avec implication négative la note du groupe de télécoms et de divertissement en raison du flou entourant sa stratégie.

"Cela n'a encore rien d'officiel mais ils ont demandé à une banque d'aller parler à de possibles acheteurs pour Activision", a déclaré une personne proche du conseil de surveillance.

Premier éditeur de jeux vidéos aux Etats-Unis, Activision, qui a dégagé l'an dernier un chiffre d'affaires de 4,76 milliards de dollars (3,8 milliards d'euros), est le créateur des franchises à succès "Call of Duty" et "World of Warcraft", ou encore "Diablo", sorti au mois de mai.

Une cession pourrait permettre à Vivendi, qui détient 61% de l'entreprise basée à Santa Monica en Californie, de récolter jusqu'à 10 milliards de dollars, ont déclaré ces personnes.

Bien qu'un processus officiel n'ait pas encore commencé, des banquiers proches de Vivendi sondent plusieurs acteurs aux ressources abondantes susceptibles d'être intéressés, dont le chinois Tencent Holdings, les américains Time Warner et Microsoft ainsi que des poids-lourds du capital-investissement comme KKR, Providence et Blackstone, ont dit les sources.

Vivendi n'a pas souhaité faire de commentaires sur ces informations. Concernant l'ensemble de ses activités, le groupe a précisé qu'aucune décision n'avait encore été arrêtée.

"Plusieurs hypothèses sont à l'étude. Vivendi n'est pas pressé et prend son temps", a dit un porte-parole.

Le départ le mois dernier de Jean-Bernard Lévy de la présidence du directoire a été interprété comme le signal de changements à venir au sein du conglomérat dont la structure, qui rassemble des activités de médias et de télécoms sans fortes synergies entre elles, est depuis longtemps l'objet de critiques.

Les scénarios sont nombreux allant de simples cessions, à une scission entre télécoms et médias sur le modèle de News Corp, jusqu'à un démantèlement du groupe.

CIBLE DE TAILLE

Une cession d'Activision pourrait marquer une première étape, la division étant l'une des plus autonomes et l'une des plus faciles à céder parmi les différentes activités du groupe.

Avec une capitalisation de 13,34 milliards de dollars, trois fois supérieure à celle de son concurrent américain Electronic Arts, Activision est une cible de taille.

Sa valorisation qui représente six fois l'Ebitda, n'est toutefois pas hors d'atteinte pour des poids lourds comme Tencent, première société internet chinoise en termes de chiffre d'affaires, ou Microsoft et Time Warner.

D'importantes sociétés de capital-investissement comme KKR, Providence ou Blackstone, pourraient également aisément lever de l'argent sur le marché américain à haut rendement et se regrouper dans un consortium pour faire une offre commune, a dit l'une des sources.

Microsoft et Time Warner n'ont pas souhaité faire de commentaires et les quatre autres sociétés n'étaient pas joignables dans l'immédiat.

Activision a récemment annoncé un partenariat avec Tencent pour proposer le jeu "Call of Duty" en ligne pour les joueurs chinois. Prendre le contrôle total d'Activision serait cependant un pas de géant pour le groupe chinois, les deux sociétés ayant des modèles d'entreprise différents.

"Ils (Activision) ont deux grosses franchises, Call of Duty pour la partie consoles, et Warcraft pour la partie jeux multijoueurs en ligne. Et la Chine n'est pas un gros marché pour les activités consoles, les jeux en ligne y sont beaucoup plus importants pour différentes raisons", a dit l'une des sources.

Fabricant de la console de jeux XBox, Microsoft aurait, lui, la puissance de feu financière mais il pourrait préférer se concentrer sur le lancement de sa prochaine console.

"Ils ne veulent probablement pas être distraits de cette échéance. Mais cette équipe est celle qui, à terme, si elle veut rester dans les jeux, pourrait réfléchir à détenir certaines franchises", a-t-on dit de même source.

PREMIÈRE ÉTAPE AVANT UN DÉMANTÈLEMENT ?

Selon plusieurs banquiers et analystes, une vente d'Activision a cependant peu de chances de changer la donne pour Vivendi.

Les investisseurs n'ont jamais vraiment tourné la page de l'ère Jean-Marie Messier et le titre a sous-performé l'indice Morgan Stanley des valeurs vedettes européennes sur sept des dix années écoulées depuis son départ en 2002, selon les analystes de Bernstein Research.

"Les investisseurs restent méfiants et la seule façon de changer cela est de faire preuve d'un leadership fort", a déclaré une personne au fait de la situation.

Dans ce contexte, des décisions de grande ampleur pourraient être prises qui pourraient conduire à un démantèlement progressif du groupe, ont dit plusieurs personnes, évoquant les cessions possibles de l'opérateur Maroc Télécom, de l'opérateur SFR ou du groupe de télévision payante Canal+.

Dans ce grand redécoupage, l'entrepreneur Vincent Bolloré, récemment entré au capital, pourrait jouer un rôle clef.

"Il porte toujours deux casquettes, celle de l'investisseur rusé et celle de l'entrepreneur aguerri. Avec lui au conseil, tout est possible", a dit l'une des sources.

Avec Nadia Damouni et Liana Baker à New York, Gwénaëlle Barzic à Paris, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below