Vivendi sonderait les appétits pour sa filiale Activision

vendredi 6 juillet 2012 20h39
 

par Sophie Sassard

LONDRES (Reuters) - Vivendi sonde discrètement l'appétit d'acheteurs potentiels pour son activité de jeux vidéo Activision Blizzard, alors que le conglomérat doit donner des gages aux actionnaires et aux agences de notation sur sa capacité à redresser la valeur du groupe, ont rapporté cinq personnes proches du dossier.

Standard & Poor's a donné un nouveau coup de semonce mercredi en plaçant sous surveillance avec implication négative la note du groupe de télécoms et de divertissement en raison du flou entourant sa stratégie.

"Cela n'a encore rien d'officiel mais ils ont demandé à une banque d'aller parler à de possibles acheteurs pour Activision", a déclaré une personne proche du conseil de surveillance.

Premier éditeur de jeux vidéos aux Etats-Unis, Activision, qui a dégagé l'an dernier un chiffre d'affaires de 4,76 milliards de dollars (3,8 milliards d'euros), est le créateur des franchises à succès "Call of Duty" et "World of Warcraft", ou encore "Diablo", sorti au mois de mai.

Une cession pourrait permettre à Vivendi, qui détient 61% de l'entreprise basée à Santa Monica en Californie, de récolter jusqu'à 10 milliards de dollars, ont déclaré ces personnes.

Bien qu'un processus officiel n'ait pas encore commencé, des banquiers proches de Vivendi sondent plusieurs acteurs aux ressources abondantes susceptibles d'être intéressés, dont le chinois Tencent Holdings, les américains Time Warner et Microsoft ainsi que des poids-lourds du capital-investissement comme KKR, Providence et Blackstone, ont dit les sources.

Vivendi n'a pas souhaité faire de commentaires sur ces informations. Concernant l'ensemble de ses activités, le groupe a précisé qu'aucune décision n'avait encore été arrêtée.

"Plusieurs hypothèses sont à l'étude. Vivendi n'est pas pressé et prend son temps", a dit un porte-parole.   Suite...

 
<p>Eric Hirshberg, le PDG d'Activision. Vivendi sonde discr&egrave;tement l'app&eacute;tit d'acheteurs potentiels pour son activit&eacute; de jeux vid&eacute;o Activision Blizzard, alors que le conglom&eacute;rat doit donner des gages aux actionnaires et aux agences de notation sur sa capacit&eacute; &agrave; redresser la valeur du groupe, selon des personnes proches du dossier. /Photo prise le 6 juin 2012/REUTERS/David McNew</p>