Jean-Bernard Lévy quitte Vivendi au bout de sept ans

jeudi 28 juin 2012 20h29
 

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Jean-Bernard Lévy a quitté ce jeudi la présidence du directoire de Vivendi, qu'il occupait depuis sept ans, un départ interprété comme annonciateur de changements à venir pour le groupe de télécoms et de divertissement, dont le titre est à la peine en Bourse.

Vivendi a confirmé dans la soirée dans un communiqué le départ du dirigeant de 57 ans, évoquant une divergence sur "l'évolution stratégique" du groupe. Le titre Vivendi avait auparavant clôturé en hausse de plus de 5% après des fuites dans la presse.

Cette annonce intervient quatre jours seulement après le séminaire stratégique annuel du conglomérat lors duquel sont apparus des désaccords entre Jean-Bernard Lévy, à la tête de Vivendi depuis 2005, et le conseil de surveillance, a précisé une source proche du dossier.

Les dirigeants de Vivendi sont à la recherche de solutions pour enrayer la baisse du titre en Bourse, qui a touché un plus bas de neuf ans au printemps, plombé notamment par les difficultés de la filiale SFR.

"Lors de ce séminaire, le conseil a vraisemblablement décidé un certain nombre d'orientations stratégiques, donc de prendre une certaine direction que, manifestement, Jean-Bernard Lévy ne partage pas", a précisé cette source.

"Ce n'est pas le bilan de Jean-Bernard, ce n'est pas la situation de Vivendi, ce n'est même pas la situation de SFR qui pose problème, c'est le futur du groupe", a-t-elle poursuivi, ajoutant que le dirigeant avait choisi de "tirer les conséquences" de ce désaccord.

UN DÉPART FORCÉ, 10 ANS APRÈS CELUI DE MESSIER

Nommé à la présidence du directoire en 2005 après un parcours qui l'avait mené des cabinets ministériels à la finance, Jean-Bernard Lévy, ingénieur télécoms de formation, a été critiqué pour avoir doublé l'exposition de Vivendi au marché français des télécoms en rachetant les parts du britannique Vodafone dans SFR, une opération réalisée moins d'un an avant l'arrivée de Free sur le marché du mobile.   Suite...

 
<p>Jean-Bernard L&eacute;vy, pr&eacute;sident du directoire de Vivendi. Le conseil d'administration de Vivendi pourrait d&eacute;cider ce jeudi d'ent&eacute;riner le d&eacute;part du patron du conglom&eacute;rat en raison de divergences, selon des sources proches du dossier. /Photo prise le 1er mars 2012/REUTERS/Jacky Naegelen</p>