Panasonic ne prévoit pas d'investir dans Olympus pour l'instant

jeudi 7 juin 2012 08h05
 

TOKYO (Reuters) - Le groupe d'électronique japonais Panasonic ne prévoit pas pour le moment d'investir dans le fabricant d'équipements médicaux Olympus, qui tente de se remettre d'un scandale financier, a annoncé jeudi le président de Panasonic Fumio Ohtsubo.

L'agence de presse Kyodo rapportait mercredi que Panasonic était en train de terminer les derniers préparatifs avant un investissement de 50 milliards de yens (500,9 millions d'euros) dans Olympus.

Les fonds propres d'Olympus représentaient 4,6% du total des actifs à fin mars, un niveau bien inférieur au seuil des 20% considéré comme un indicateur de stabilité financière pour les entreprises.

L'année dernière, Olympus a admis avoir eu recours à des pratiques comptables irrégulières pour maquiller ses comptes, et ce depuis les années 1990. C'est son directeur général en poste alors, Michael Woodford, qui a révélé en octobre dernier cette fraude comptable.

Pour rétablir son bilan, Olympus a envisagé de faire appel à des investisseurs stratégiques comme Sony, Fujifilm et Terumo.

De son côté, Panasonic a publié une perte annuelle record pour son dernier exercice fiscal en raison d'une forte baisse de la demande pour ses téléviseurs. Ces mauvaises performances ont alimenté les spéculations sur le fait que le groupe, qui possède quelques activités dans le secteur de la santé, souhaitait se renforcer dans cette industrie qui offre des revenus plus stables.

A la Bourse de Tokyo, l'action Olympus progressait de 1,72% à 1.361 yens à 05h28 GMT tandis que le titre Panasonic grimpait pour sa part de 3,79% à 549 yens.

Tim Kelly, Blandine Hénault pour le service français, édité par Nicolas Delame

 
<p>Le groupe d'&eacute;lectronique japonais Panasonic ne pr&eacute;voit pas pour le moment d'investir dans le fabricant d'&eacute;quipements m&eacute;dicaux Olympus, qui tente de se remettre d'un scandale financier, a annonc&eacute; jeudi le pr&eacute;sident de Panasonic Fumio Ohtsubo. /Photo d'archives/REUTERS/Kim Kyung-Hoon</p>