LaCie racheté par le géant Seagate pour 146 millions d'euros

mercredi 23 mai 2012 16h57
 

PARIS (Reuters) - Le spécialiste français des disques durs LaCie a annoncé mercredi avoir conclu un accord en vue de son rachat par le géant Seagate Technology sur la base d'une valorisation d'environ 146 millions d'euros.

Le co-fondateur et PDG de LaCie, Philippe Spruch, assurera le succès de l'opération en apportant sa participation de 64,5% à Seagate, écrivent les deux groupes dans un communiqué.

Une fois ce bloc de contrôle acquis, Seagate prévoit de lancer une offre publique d'achat sur le reste du capital.

Philippe Spruch intégrera les équipes de son ex-concurrent en tant que directeur de la division de produits de stockage grand public du nouvel ensemble.

"Notre intention est de transférer tous les employés de LaCie au sein de Seagate, il n'y a donc pas d'intention à ce stade de supprimer des emplois chez LaCie ou Seagate", a déclaré à Reuters le vice-président de l'entreprise irlandaise Mark Withby.

L'entrepreneur français a indiqué pour sa part dans un communiqué que l'intégration de son entreprise dans Seagate permettrait d'ouvrir de nouveaux marchés à son entreprise.

"Nous nous réjouissons à la perspective de mettre les ressources d'une société d'une toute autre dimension à la disposition de notre clientèle à travers le monde", a-t-il expliqué.

Fondée en 1987, LaCie s'est distinguée en mettant l'accent sur le design de ses produits, s'offrant des signatures prestigieuses, comme celle du Français Philippe Starck ou du Britannique Neil Poulton.

Seagate, qui pèse pratiquement plus de 100 fois plus en Bourse que LaCie, offrira 4,05 euros par action, soit une prime de 21,3% par rapport au cours de clôture de 3,34 euros par action mardi.   Suite...

 
<p>Un disque dur externe LaCie. L'entreprise fran&ccedil;aise a accept&eacute; une offre de rachat du g&eacute;ant Seagate qui valorise le sp&eacute;cialiste fran&ccedil;ais des disques durs &agrave; environ 146 millions d'euros. /Photo prise le 24 f&eacute;vrier 2011/REUTERS/Stephen Lam</p>