SAP va racheter Ariba pour se renforcer dans le cloud computing

mercredi 23 mai 2012 08h55
 

(Reuters) - L'éditeur allemand de logiciels SAP a annoncé mardi soir le rachat de son homologue américain Ariba au prix de 45 dollars l'action, reprenant l'offensive face à son grand rival Oracle sur le marché des logiciels fonctionnant à partir d'internet.

Le prix de rachat, qui représente une prime de 20% par rapport au cours de clôture d'Ariba lundi, porte la valeur d'entreprise (valeur boursière plus dettes) de ce dernier autour de 4,3 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros).

SAP a précisé qu'il financerait le rachat avec sa trésorerie disponible et un emprunt de 2,4 milliards d'euros.

Le groupe a dit s'attendre à ce que l'opération, déjà approuvée par le conseil d'Ariba, soit conclue dans le courant du troisième trimestre et soit relutive dès 2013.

Après l'annonce, l'action Ariba a bondi de 19,2% à Wall Street pour terminer à 44,87 dollars, juste en-dessous du prix de rachat annoncé.

Richard Williams, analyste pour Cross Research, juge toutefois insuffisant le prix offert par SAP: "Nous estimons qu'une contre-offre est probable et nous avons relevé notre objectif de cours de 40 à 50 dollars."

Kirk Materne, d'Evercore, juge quant à lui le prix suffisant mais souligne qu'Ariba est "un actif plutôt exceptionnel, qui semble bien s'insérer dans la nouvelle stratégie de SAP dans le cloud", en référence au "cloud computing', qui permet aux utilisateurs d'accéder à des contenus stockés à distance à partir de n'importe quel appareil mobile doté d'une connexion internet.

En décembre, SAP avait déjà annoncé l'acquisition du spécialiste des solutions "cloud" SuccessFactors pour 3,4 milliards de dollars, tandis qu'Oracle a annoncé en février le rachat de son compatriote Taleo.

Jim Finkle à Boston et Sayantani Ghosh à Bangalore, Natalie Huet pour le service français

 
<p>L'&eacute;diteur allemand de logiciels SAP va racheter son homologue am&eacute;ricain Ariba, une acquisition qui marque la reprise de l'offensive face &agrave; son grand rival Oracle sur le march&eacute; des logiciels fonctionnant &agrave; partir d'internet. /Photo d'archives/REUTERS/Punit Paranjpe</p>