May 18, 2012 / 4:08 PM / 5 years ago

Effervescence pour les débuts de Facebook sur le Nasdaq

3 MINUTES DE LECTURE

<p>Tableau de cotation de l'action Facebook. Le titre Facebook a effac&eacute; vendredi l'int&eacute;gralit&eacute; des gains enregistr&eacute;s dans les premiers &eacute;changes, revenant au cours de son introduction en Bourse, 38 dollars, avant de repartir en hausse. /Photo prise le 18 mai 2012/Shannon Stapleton</p>

SAN FRANCISCO (Reuters) - Le titre Facebook connaît vendredi des débuts fébriles sur le Nasdaq, le titre ayant effacé ses gains enregistrés dans les premiers échanges, revenant à son prix d'introduction en Bourse avant de repartir en hausse.

Le titre a débuté à plus de 11% au-dessus de son prix d'introduction, atteignant un plus haut à 45 dollars, selon des données Reuters, avant de perdre du terrain et de revenir à son prix d'introduction en Bourse, soit 38 dollars.

L'opération a permis au premier réseau social du monde de lever 18,4 milliards de dollars (14,4 milliards d'euros) et d'être valorisé à 104 milliards de dollars, soit plus que Starbucks et Hewlett-Packard combinés.

Après un retard dans sa cotation qui a nourri l'impatience des traders et commentateurs à travers le monde, le titre Facebook a démarré en Bourse à 15h30 GMT à 42,05 dollars.

Au siège du groupe dans la Silicon Valley et sous les applaudissements de ses employés, le fondateur et PDG de Facebook Mark Zuckerberg, 28 ans, a sonné la cloche pour marquer les débuts en Bourse du site communautaire aux 900 millions d'utilisateurs.

Devant les bureaux de la société se pressaient journalistes et photographes. Au-dessus de leurs têtes, un hélicoptère avait même été envoyé par la télévision américaine à l'occasion de cette introduction en Bourse, la plus importante de l'histoire des valeurs technologiques américaines.

"Un bond de 15% à 20% est de l'ordre du possible", estimait Tim Loughran, professeur de finance à l'Université de Notre Dame, dans l'Indiana, avant le début des échanges.

Certains investisseurs estiment que le titre pourrait gagner 30%, voire davantage, dès vendredi en dépit des interrogations persistantes sur la capacité réelle de Facebook à générer durablement des profits.

Après à peine une heure de cotation, Pivotal Research Group recommandait déjà de vendre le titre.

"Le marché est en train de valoriser Facebook comme un actif moins risqué que Google, ce qui selon nous n'est absolument pas le cas", explique Brian Wieser, l'un des analystes de la firme, dans une note de recherche.

La moyenne des estimations d'analystes recueillies par Morningstar prédit un cours de clôture de 50 dollars vendredi.

A 16h30 GMT, le titre gagnait 9,53% à 41,62 dollars.

Alexei Oreskovic, Natalie Huet et Nicolas Delame pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below