Twitter rejoint l'initiative "Do Not Track"

vendredi 18 mai 2012 13h31
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - Twitter accédera aux demandes des utilisateurs qui ne souhaitent pas être épiés sur internet, a annoncé jeudi le réseau social, se démarquant d'autres entreprises du web comme Google ou Facebook dont le modèle économique est fondé sur la collecte des informations de navigation pour cibler les publicités.

La plate-forme américaine de microblogging soutiendra l'initiative "Do Not Track", largement encouragée par la Federal Trade Commission (FTC) américaine, par des avocats spécialistes de la vie privée sur la toile et par Mozilla, le développeur du navigateur Firefox.

Certains navigateurs comme Firefox, Internet Explorer (Microsoft) et Safari (Apple) proposent déjà une fonctionnalité "Do Not Track" qui permet d'avertir les sites web que l'utilisateur ne souhaite pas être suivi à la trace. Mais la réglementation actuelle impose que le respect de cette demande dépende de chaque site individuellement.

Google et Yahoo ont annoncé qu'ils intégreraient un mécanisme de "Do Not Track" au cours de l'année.

Facebook, qui fait son entrée en Bourse vendredi sur le Nasdaq, a été évalué à 104 milliards de dollars par des investisseurs qui pensent notamment que le site peut permettre de développer la publicité ciblée, fondée sur la connaissance précise des intérêts de chaque utilisateur.

De la même manière, Google génère des milliards de dollars chaque année en proposant des publicités liées aux recherches de ses utilisateurs.

Gerry Shih, Joël Bronner pour le service français, édité par Dominique Rodriguez