Le mobile de Free démarre en trombe, coup de fouet pour le fixe

mardi 15 mai 2012 09h07
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Free mobile, dernier né des opérateurs de téléphonie mobile dans l'Hexagone, a conquis 2,6 millions d'abonnés depuis son lancement début janvier, se taillant une part de marché de 3,7% en trois mois à peine.

La filiale du fournisseur d'accès à internet Iliad signe ainsi le démarrage le plus rapide pour un nouveau venu sur le marché du mobile en Europe.

"Aucun nouvel opérateur n'a recruté une telle part de marché en aussi peu de temps", a déclaré à Reuters le directeur financier d'Iliad, Thomas Reynaud. "Clairement, on peut dire que nous avons fait bouger les lignes sur le marché du mobile".

A titre de comparaison, un autre quatrième entrant européen, l'espagnol Yoigo, affiche autour de trois millions d'abonnés plus de cinq ans après son lancement en décembre 2006.

Le lancement éclair de Free mobile a profité aux activités fixe d'Iliad, qui ont gagné 191.000 nouveaux abonnés sur la période, soit plus de 50% des recrutements du marché, un record.

Le groupe a dépassé pour la première le seuil des cinq millions d'abonnés dans le haut débit, reprenant à son concurrent SFR la place de numéro deux dans le fixe en France.

Sur les trois premiers mois de l'année, le fournisseur d'accès à internet a vu son chiffre d'affaires global bondir de 28,6% à 655,7 millions d'euros, dopé par les premiers revenus générés par son activité dans le mobile, qui se sont établis à 97,5 millions d'euros.

Des estimations d'analystes allaient de 594 à 628,3 millions d'euros pour le chiffre d'affaires total.   Suite...

 
<p>Xavier Niel, fondateur d'Iliad, maison m&egrave;re de Free, lors du lancement de l'offre Free mobile en janvier dernier. Le dernier n&eacute; des op&eacute;rateurs de t&eacute;l&eacute;phonie mobile dans l'Hexagone a conquis 2,6 millions d'abonn&eacute;s depuis son lancement le 10 janvier, se taillant une part de march&eacute; de 3,7% en trois mois &agrave; peine. /Photo prise le 10 janvier 2012/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>