11 avril 2012 / 15:28 / il y a 5 ans

Apple et des éditeurs contestent une entente sur les e-book

<p>Apple et les &eacute;diteurs Pearson et Macmillan ont d&eacute;cid&eacute; de contester des accusations des autorit&eacute;s am&eacute;ricaines disant qu'ils s'&eacute;taient entendus pour fixer le prix des livres &eacute;lectroniques, alors que trois autres &eacute;diteurs ont accept&eacute; un r&egrave;glement &agrave; l'amiable dans ce dossier. /Photo prise le 19 janvier 2012/Shannon Stapleton</p>

par Diane Bartz et Poornima Gupta

WASHINGTON/SAN FRANCISCO (Reuters) - Apple et les éditeurs Pearson et Macmillan ont décidé de contester des accusations des autorités américaines disant qu'ils s'étaient entendus pour fixer le prix des livres électroniques, alors que trois autres éditeurs ont accepté un règlement à l'amiable dans ce dossier.

Le département américain de la Justice a accusé Apple d'entente avec cinq éditeurs au moment où le géant de la Silicon Valley lançait sa tablette iPad au début de 2010 et voulait briser la domination d'Amazon.com sur le marché du livre électronique.

A cause de cette entente, accuse le département de la Justice, les consommateurs de livres électroniques ont payé beaucoup plus qu'il n'auraient dû, des "dizaines de millions de dollars" de plus, estime le département de la Justice.

Selon lui, Apple et les éditeurs avaient un intérêt commun à lutter contre la politique du distributeur en ligne Amazon.com de vendre des e-books pour un prix parfois très modique (moins de dix dollars) et ont décidé de travailler ensemble pour faire monter les prix.

Les trois éditeurs qui ont accepté de transiger avec le département de la justice sont HarperCollins, filiale de News Corp, Simon & Schuster de CBS Corp et Hachette Book Group de Lagardère.

Hachette et HarperCollins ont également trouvé un accord avec un groupe d'Etat américains, acceptant de verser 51 millions de dollars en guise de restitution de sommes à des consommateurs qui ont acheté des livres électroniques.

James McQuivey, analyste médias chez Forrester Research, a noté que les prix des livres électroniques étaient de toute façon destinés à baisser parce que les éditeurs sont en train d'expérimenter des ristournes considérables pour stimuler les ventes.

ÉGALEMENT UNE ENQUÊTE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE

Le département de la Justice maintient sa plainte contre Apple, Penguin Group (Pearson) et Macmillan, appartenant à l'éditeur allemand Georg von Holtzbrinck GmbH.

Selon des sources proches du dossier, le département de la Justice s'est intéressé aux accords passés entre Apple et les cinq éditeurs il y a environ deux ans lors du lancement de sa tablette iPad. Il s'est demandé s'ils avaient été conclus dans l'intention de faire monter le prix des e-books.

Dans le cadre de ces accords, les éditeurs passaient à un modèle qui leur permettaient de fixer le prix des livres électroniques et donnaient une commission de 30% à Apple sur les ventes, ont dit ces sources.

Amazon paie le livre aux éditeurs et ensuite l'offre à des prix bas pour gagner des parts de marché.

Le directeur général de Macmillan, John Sargent, a déclaré dans une lettre rendue publique mercredi que les termes du règlement proposé par le département de la Justice étaient "trop onéreux". Il affirme que Macmillan n'a pas agi illégalement et n'a pas participé à une entente.

Hachette a dit dans un communiqué avoir accepté avec réticence de passer un accord avec le département de la Justice et les Etats américains, ajoutant qu'il "n'était pas impliqué dans une conspiration pour fixer de manière illicite les prix des livres électroniques".

La plainte du département de la Justice cite un courriel d'un dirigeant d'une maison d'édition non spécifiée qui souligne la nécessité pour les éditeurs de travailler ensemble pour convaincre Amazon de remonter ses prix.

"Nous avons toujours su qu'à moins que d'autres éditeurs ne nous suivent, il n'y avait aucune chance pour réussir à obtenir d'Amazon qu'il change ses pratiques en matière de prix", écrit le dirigeant.

L'Union européenne a aussi ouvert une enquête sur des allégations d'entente pour la fixation du prix des e-books.

Bruxelles a ajouté avoir reçu des propositions de règlement à l'amiable de la part d'Apple, de Simon & Schuster, de Harper Collins, de Hachette et de Macmillan

Grant McCool; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below