Apple va verser son premier dividende depuis 1995

lundi 19 mars 2012 20h10
 

par Poornima Gupta

SAN FRANCISCO (Reuters) - Le patron d'Apple, Tim Cook, a répondu à un voeu formulé de longue date par les investisseurs, en annonçant lundi qu'il partagerait avec les actionnaires une partie de l'imposant "trésor de guerre" sur lequel la marque à la pomme est assise.

Le groupe, qui n'avait plus versé de dividende depuis 1995, prévoit de distribuer environ 45 milliards de dollars sur trois ans à ses actionnaires, notamment sous la forme d'un dividende trimestriel et d'un programme de rachats d'actions.

Les actionnaires recevront un dividende trimestriel de 2,65 dollars par action à compter du dernier trimestre fiscal 2012, qui démarre le 1er juillet.

Ce programme de versement de dividendes, dont Tim Cook précise qu'il sera réévalué périodiquement, pèsera 10 milliards de dollars par an, ce qui en fait l'un des plus importants ce jour parmi les sociétés américaines.

Le programme de rachat de titres s'élèvera quant à lui à 10 milliards de dollars (7,6 milliards d'euros) et démarrera au cours de l'exercice fiscal 2013.

Tim Cook a souligné auprès des analystes que la priorité absolue d'Apple restait de fabriquer des "produits géniaux", faisant écho au credo de Steve Jobs, l'ancien patron emblématique du groupe, décédé en octobre au terme d'une longue bataille contre le cancer.

"L'innovation est le premier objectif d'Apple et nous ne le perdrons pas de vue", a souligné Tim Cook dans un communiqué.

L'initiative de Tim Cook intervient quelques mois seulement après son arrivée à la tête du groupe et rompt avec la pratique de Steve Jobs, qui a longtemps fait languir les actionnaires.   Suite...

 
<p>Apple, qui n'avait plus vers&eacute; de dividende depuis 1995, a d&eacute;cid&eacute; de puiser dans son importante tr&eacute;sorerie pour distribuer environ 45 milliards de dollars sur trois ans &agrave; ses actionnaires, notamment sous la forme d'un dividende trimestriel et de rachats d'actions. /Photo prise le 28 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Carlos Barria</p>