Effervescence pour la commercialisation du nouvel iPad d'Apple

vendredi 16 mars 2012 13h51
 

par Lee Chyen Yee et Pauline Askin

HONG KONG/SYDNEY (Reuters) - La commercialisation du nouvel iPad devrait être un succès de plus pour Apple à en juger par les queues formées vendredi devant les magasins en Asie et en Europe, au lendemain d'un record en Bourse à plus de 600 dollars en séance pour l'action de la firme à la pomme.

A Tokyo, Singapour, Paris, Munich ou encore Londres, les inconditionnels d'Apple ont comme à l'accoutumée patienté une bonne partie de la nuit aux portes des boutiques. Le groupe américain commercialise sa tablette dans neuf pays ainsi qu'à Hong Kong, avant d'étendre la vente à une trentaine d'autres pays d'ici la fin du mois.

A Sydney, David Tarasenko, 34 ans, a été le premier à se procurer le nouvel iPad dans le magasin Telstra qui a exceptionnellement ouvert à minuit. "Quand Tim Cook l'a présenté (le 7 mars, NDLR), c'était comme un objet magique. J'ai été simplement séduit, je suppose", a-t-il expliqué.

"Je suis venu de Russie pour acheter un iPad pour mon fils David, qui a trois ans", a raconté Oleg Konovalov, à Tokyo.

AMÉLIORATION ET NON RÉVOLUTION

Le nouvel iPad, présenté comme une amélioration des modèles précédents, dispose d'un appareil photo-vidéo de meilleure qualité, d'un écran en très haute résolution baptisé Retina et d'une puce graphique plus puissante.

"L'iPad est déjà un produit assez mature et il est difficile de le révolutionner davantage", observe Dickie Chang, analyste au cabinet d'études IDC à Hong Kong.

Les investisseurs s'attendent toutefois à de très fortes ventes au lancement de ce nouveau produit et certains analystes prédisent même qu'elles dépasseront celles de l'iPad 2.   Suite...

 
<p>Devant un Apple Store, &agrave; Londres. Le groupe am&eacute;ricain a lanc&eacute; vendredi sa tablette dans neuf pays, dont la France, et &agrave; Hong Kong, avant d'&eacute;tendre la vente &agrave; une trentaine d'autres pays d'ici la fin du mois. /Photo prise le 16 mars 2012/REUTERS/Toby Melville</p>