Cisco rachète le concepteur de logiciels NDS

jeudi 15 mars 2012 16h27
 

TEL AVIV/NEW YORK (Reuters) - Cisco Systems a annoncé jeudi le rachat du spécialiste des logiciels pour réseaux de télévision NDS pour environ cinq milliards de dollars (3,8 milliards d'euros) dette comprise, confirmant des informations de presse faisant état de discussions entre les deux groupes.

Cisco précise que les conseils d'administration des deux sociétés ont approuvé l'opération, qui devrait être finalisée au cours du second semestre et être relutive sur le bénéfice par action dès la première année pleine sur une base non-GAAP.

"C'est la bonne affaire à saisir tout de suite", a déclaré le directeur général de Cisco, John Chambers, lors d'une conférence téléphonique. Il a noté qu'il existait d'autres opportunités d'acquisitions, sans toutefois donner plus de détails.

Fondée en Israël en 1988 et basée à Londres, la société NDS est détenue à 51% par le fonds de capital-investissement Permira et à 49% par le groupe de médias News Corp.

L'acquisition de NDS sera l'une des plus importantes jamais réalisées par Cisco.

Dans son édition de jeudi, le quotidien israélien Calcalist indiquait que Cisco et NDS étaient en "discussions avancées" en vue d'un rachat. Selon le journal, le montant de l'opération est environ 35% plus élevé que la valeur de NDS au moment de son retrait de la cote en 2009.

Cisco, dont le coeur de métier porte surtout sur les routeurs et les commutateurs, cherche à présent de nouvelles fonctions de réseaux et mise fortement sur la vidéo.

NDS est spécialisé dans le développement de logiciels interactifs fournissant des contenus et des informations pour la télévision numérique, les PC et les appareils mobiles. La société est également présente dans les systèmes de sécurité électronique pour les applications Internet.

Tova Cohen, Jean Décotte et Natalie Huet pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

 
<p>Cisco Systems va racheter le sp&eacute;cialiste des logiciels pour r&eacute;seaux de t&eacute;l&eacute;vision NDS pour environ cinq milliards de dollars (3,8 milliards d'euros) dette comprise. /Photo d'archives/REUTERS/Robert Galbraith</p>