Vivendi voit deux années de turbulences, réduit le dividende

jeudi 1 mars 2012 11h27
 

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Vivendi s'attend à traverser deux années de turbulences face aux pressions concurrentielles accrues sur le marché français de la téléphonie mobile, qui devraient peser sur les marges de sa filiale SFR.

Confronté à une guerre des prix déclenchée par l'arrivée de Free (groupe Iliad) dans le mobile, le groupe de télécoms et de divertissement va réduire son dividende et revoir l'organisation et les coûts du deuxième opérateur français.

"2012 et 2013 seront des années plus difficiles que 2011. Il faudra attendre 2014 pour retrouver une belle croissance", a déclaré jeudi le président du directoire, Jean-Bernard Lévy, lors d'une conférence téléphonique

Le conglomérat table ainsi sur un résultat net ajusté de plus de 2,5 milliards d'euros en 2012, en repli par rapport aux 2,95 milliards dégagés en 2011, un résultat record pour Vivendi.

Il n'a pas fourni de prévision chiffrée pour l'année 2013 en précisant seulement qu'elle s'annonçait également difficile, adoptant ainsi un ton plus prudent que son concurrent France Télécom pour qui les difficultés devraient se concentrer en 2012 avant un possible rebond en 2013.

L'action Vivendi chutait de 7,51% en fin de matinée à la Bourse de Paris, ce qui en faisait de loin la plus forte baisse de l'indice CAC 40 (-0,27%), le marché sanctionnant la dégradation des perspectives du groupe en dépit de résultats 2011 jugés globalement conformes aux attentes.

La prévision de résultat net ajusté pour 2012 est inférieure d'environ 14% au consensus du marché qui ressortait à 2,9 milliards d'euros, soulignent les analystes d'UBS dans une note, en estimant que cette dégradation est liée pour les deux tiers à SFR et, pour le reste, à Maroc Telecom, un autre opérateur détenu par Vivendi également confronté à une concurrence accrue sur son principal marché.

NOUVELLE DONNE DANS LE MOBILE   Suite...

 
<p>Jean-Bernard L&eacute;vy, pr&eacute;sident du directoire de Vivendi. Le deuxi&egrave;me op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;coms fran&ccedil;ais va baisser son dividende pour faire face &agrave; une concurrence accrue dans le mobile avec l'arriv&eacute;e de Free Mobile qui devrait peser sur les marges de sa filiale SFR. /Photo prise le 31 ao&ucirc;t 2011/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>