Le PDG de France Télécom prévoit une pause dans les acquisitions

mercredi 22 février 2012 16h45
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - France Télécom anticipe une année 2012 peu animée sur le front des acquisitions et ne prévoit pas de cessions de grande ampleur après la vente récente d'Orange Autriche et d'Orange Suisse, a déclaré mercredi son PDG Stéphane Richard.

Dans un entretien à Reuters, il a également indiqué que son groupe n'avait pas eu de discussions avec Deutsche Telekom sur l'avenir de leur coentreprise en Grande-Bretagne, alors que des spéculations circulent sur un possible désengagement de l'opérateur allemand.

"Cela sera certainement une année calme", a déclaré Stéphane Richard à propos des acquisitions. "On ne s'interdit pas de regarder (...) des opportunités ponctuelles qui pourraient se présenter mais on est clairement plutôt dans une phase de pause."

L'opérateur historique, qui a publié mercredi des résultats 2011 conformes à ses objectifs, prévoit cette année de donner la priorité à la préservation de son bilan dans un contexte de concurrence exacerbée sur le marché français avec le lancement de Free Mobile.

"Cela fait six mois que le marché de la dette en euros est quasiment fermé donc tous les groupes comme le nôtre doivent, d'abord et avant tout, (...) sécuriser nos financements, notre bilan. C'est la priorité numéro un", a-t-il expliqué, en ajoutant que France Télécom était sans doute particulièrement sensible à cet enjeu du fait de son expérience passée.

Au début des années 2000, le groupe s'est retrouvé confronté à un mur de dettes qu'il a été obligé de refinancer en urgence.

"On fera tout pour que cela ne se reproduise jamais", a dit le dirigeant de France Télécom.

Stéphane Richard a indiqué que le groupe avait engagé une revue de son portefeuille d'actifs en Afrique, au Moyen-Orient et dans sa branche Entreprise, tout en précisant qu'elle ne devrait pas déboucher sur des cessions de grande ampleur.   Suite...

 
<p>Dans un entretien &agrave; Reuters, le PDG de France T&eacute;l&eacute;com dit anticiper une ann&eacute;e 2012 peu anim&eacute;e sur le front des acquisitions et ne pas pr&eacute;voir de cessions de grande ampleur apr&egrave;s la vente r&eacute;cente d'Orange Autriche et d'Orange Suisse. /Photo prise le 22 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Jacky Naegelen</p>