Marge de Capgemini améliorée mais croissance limitée en 2012

jeudi 16 février 2012 15h11
 

par Cyril Altmeyer

PARIS, 16 février - Capgemini a annoncé jeudi prévoir une nouvelle amélioration de sa marge opérationnelle en 2012 mais la croissance organique de son chiffre d'affaires devrait être limitée par l'impact des modifications d'un contrat avec le fisc britannique.

Le numéro un européen des services informatiques, qui devra en outre composer cette année avec les incertitudes macroéconomiques et la réduction des dépenses publiques en Europe, note toutefois une demande bien orientée dans certains marchés comme l'Amérique du Nord.

"L'ensemble de ces prévisions (...) marque à la fois une confiance dans la direction des indicateurs et une prudence, puisque nous nous gardons de (les) quantifier au vu des incertitudes, en particulier sur le second semestre", a déclaré le directeur général, Paul Hermelin, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Les modifications du contrat de fourniture de services informatiques au fisc britannique, le plus gros contrat du groupe, qui a représenté 900 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2011, devraient à elles seules coûter deux points de croissance à Capgemini en 2012, a-t-il ajouté.

L'action affiche la plus forte hausse du CAC 40 avec un gain de 5,3% à 30,88 euros vers 14h40.

"La bonne fin d'année 2011 a permis au groupe d'afficher des résultats 2011 meilleurs qu'attendu", souligne CM-CIC dans une note.

MARGE REDRESSÉE EN 2011

Capgemini a de fait redressé sa marge opérationnelle l'an dernier avec une hausse de 0,6 point à 7,4%, un niveau légèrement supérieur à ses propres attentes, après une contraction en 2010. Il a enregistré une croissance de 5,6% de son chiffre d'affaires à taux de change et périmètre constants, à 9.693 millions d'euros, contre un consensus Thomson Reuters I/B/E/S de 9.633 millions.   Suite...

 
<p>Paul Hermelin, directeur g&eacute;n&eacute;ral de Capgemini. Le num&eacute;ro un europ&eacute;en des services informatiques pr&eacute;voit une nouvelle am&eacute;lioration de sa marge op&eacute;rationnelle en 2012 mais la croissance organique de son chiffre d'affaires devrait &ecirc;tre limit&eacute;e par l'impact des modifications d'un contrat avec le fisc britannique. /Photo d'archives/REUTERS/Mal Langsdon</p>