Le réseau d'Orange mis sous pression par Free Mobile

mardi 14 février 2012 20h06
 

PARIS (Reuters) - Free a nettement sous-estimé le nombre d'abonnés susceptibles de souscrire à ses nouvelles offres de téléphonie mobile ce qui met sous pression le réseau Orange de France Télécom avec lequel il a un accord d'itinérance, a déclaré le PDG de l'opérateur historique Stéphane Richard au point.fr.

Les deux partenaires se sont rencontrés ce mardi pour discuter de leur accord d'itinérance qui permet à Free Mobile d'utiliser le réseau Orange de France Télécom moyennant une somme jusque-là estimée à un milliard d'euros sur six ans sur la base d'une partie fixe et d'une autre variable.

La montée en puissance plus rapide que prévu du trafic de Free mobile pourrait cependant conduire à un aménagement des modalités du contrat, a-t-on dit de sources proches du dossier.

"Quand on met de telles offres sur le marché, il faut s'attendre à avoir une certaine demande. Il y a eu une grosse sous-estimation de la part de Free", explique Stéphane Richard dans l'entretien, en estimant à 1,5 million le nombre d'abonnés du dernier né des opérateurs de téléphonie mobile.

Free, qui a fait sensation en lançant en début d'année deux offres à prix cassés, n'a pas communiqué pour l'instant de chiffre officiel.

"Il est hors de question que les abonnés d'Orange subissent les conséquences de notre contrat avec Free", prévient Stéphane Richard, en appelant Free, filiale du fournisseur d'accès à internet à Iliad, à fournir davantage d'informations sur l'état et les prévisions de son trafic.

"J'espère que nous pourrons faire en sorte que l'accord puisse continuer", souligne Stéphane Richard.

Iliad n'a pas souhaité faire de commentaires.

Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud, édité par Jean-Michel Belot

 
<p>Free a nettement sous-estim&eacute; le nombre d'abonn&eacute;s susceptibles de souscrire &agrave; ses nouvelles offres de t&eacute;l&eacute;phonie mobile ce qui met sous pression le r&eacute;seau Orange de France T&eacute;l&eacute;com avec lequel il a un accord d'itin&eacute;rance, a d&eacute;clar&eacute; le PDG de l'op&eacute;rateur historique St&eacute;phane Richard au point.fr. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville</p>