La crise fait plonger les comptes de Philips dans le rouge

lundi 30 janvier 2012 14h16
 

par Roberta Cowan

AMSTERDAM (Reuters) - Les comptes de Philips Electronics sont passés dans le rouge au quatrième trimestre 2011, l'activité équipements médicaux ayant pâti des coupes budgétaires des Etats européens tandis que le ralentissement dans le secteur de la construction a pesé sur l'activité éclairage.

Le groupe néerlandais, numéro un européen de l'électronique grand public, a subi une perte nette de 160 millions sur les trois derniers mois de l'année, en raison notamment d'une perte de 272 millions subie par l'activité télévision, à comparer avec un bénéfice de 465 millions il y a un an.

En outre, Philips s'est montré prudent pour l'exercice 2012 en raison des incertitudes économiques, notamment en Europe.

Vers 13h00 GMT, le titre Philips cédait 2,7% à 15,155 euros alors que l'indice regroupant les valeurs européennes des produits de consommation courante cédait 0,4%.

Frans Van Houten, directeur général de Philips, a précisé que le groupe passerait de nouvelles charges de restructuration, sans préciser à quel titre, dans ses comptes du premier semestre 2012.

"La première moitié de 2012 sera marquée par l'impact de ces charges et, dans l'ensemble, nous sommes prudents pour la première moitié de l'année. Ce ne sera pas un semestre facile", a-t-il dit.

Il y a près de trois semaines, Philips avait préparé le terrain avec un avertissement, le deuxième de l'année, sur ses résultats du quatrième trimestre en raison de la faiblesse de ses marchés en Europe. (voir

"Nos résultats du quatrième trimestre ont été affectés par des ventes mitigées en Europe, des délais de livraison dans le segment Santé et des corrections de stocks (...) dans l'activité éclairage", a dit Frans Van Houten.   Suite...

 
<p>Frans Van Houten, directeur g&eacute;n&eacute;ral de Philips. Le g&eacute;ant &eacute;lectronique n&eacute;erlandais a fait &eacute;tat d'un b&eacute;n&eacute;fice brut divis&eacute; par pr&egrave;s de deux pour le quatri&egrave;me trimestre 2011, tout en se disant prudent pour 2012 en raison des incertitudes &eacute;conomiques, notamment en Europe. /Photo prise le 30 janvier 2012/REUTERS/Paul Vreeker/United Photos</p>