Nouveau déclin du marché de la musique, malgré le numérique

lundi 23 janvier 2012 17h09
 

LONDRES (Reuters) - Comme chaque année depuis 2004, le marché de la musique s'est de nouveau contracté l'an dernier, malgré une poussée des ventes numériques, selon les chiffres publiés lundi par la Fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI).

Le chiffre d'affaires global de l'industrie du disque s'est élevé à 16,2 milliards de dollars, contre 16,7 milliards en 2010, soit une baisse de 3% sur un an. Les seuls téléchargements payants ont en revanche augmenté de 8% à 5,2 milliards de dollars.

En 2004, année où l'IFPI a pour la première fois intégré les ventes de musique numérique dans ses statistiques, le chiffre d'affaires global s'élevait à 24,3 milliards de dollars.

La contraction du marché s'est cependant ralentie en 2011 - le chiffre d'affaires global avait diminué de 8% en 2010 - et les patrons des grandes maisons de disques veulent y voir le signe d'un retournement positif.

Rob Wells, président de la musique numérique à Universal Music Group, le premier label mondial, a ainsi parié que le secteur, en déclin continu depuis la fin des années 1990, renouerait avec la croissance en 2013.

Il a toutefois souhaité une poursuite des efforts des gouvernements contre le piratage et les téléchargements illégaux.

Frances Moore, directrice de l'IFPI, s'est félicitée de voir s'étendre l'offre de musique en ligne à 58 pays, contre 23 pays en 2010. Elle a également souligné la forte hausse du nombre d'abonnés à des sites de streaming comme Spotify ou Deezer - de 8,2 millions en 2010 à 13,4 millions l'an dernier.

D'autres industries culturelles comme le livre ou le cinéma observent avec attention l'évolution du marché du disque, redoutant de subir à terme les mêmes évolutions.

La part du numérique a atteint en 2011 un tiers des ventes totales de musique dans le monde, contre 5% pour la presse écrite, 4% pour les livres et seulement 1% pour les films.

Mike Collett-White; Jean-Stéphane Brosse pour le service français

 
<p>Albums des Beatles en t&eacute;l&eacute;chargement l&eacute;gal sur la plateforme iTunes d'Apple. Malgr&eacute; la pouss&eacute;e des ventes num&eacute;riques, qui ont augment&eacute; de 8%, le march&eacute; de la musique a une nouvelle fois recul&eacute; en 2011, avec un chiffre d'affaires de 16,2 milliards de dollars en baisse de 3%. /Photo d'archives/REUTERS/Mike Segar</p>