Anne Sinclair promet un "HuffPost" français objectif

lundi 23 janvier 2012 17h56
 

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Anne Sinclair s'est engagée lundi à traiter l'actualité en toute objectivité dans la version française du site américain "The Huffington Post", dont elle sera la directrice éditoriale, même si cela concerne son mari Dominique Strauss-Kahn.

Près de 300 journalistes, dont 93 correspondants étrangers, se sont rendus dans les locaux du journal Le Monde pour assister au lancement de ce site qui marque le retour sur la scène médiatique de l'ancienne star de la télévision française.

Son objectivité a été au centre des questions posées à l'épouse de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI), qui a été accusé d'agression sexuelle à New York avant de bénéficier d'un abandon des poursuites.

Un procès civil devrait avoir lieu aux États-Unis et certains de ses proches en France sont soupçonnés de l'avoir mis en contact avec des prostituées.

"Toute information importante sera traitée normalement comme elle l'aurait été ailleurs, et tout ce qui doit faire la 'une' fera la 'une'", a déclaré Anne Sinclair, 63 ans.

"Nous traiterons les informations qui tombent, je ne pense pas que ce sera l'essentiel de l'actualité de 2012, mais si ça l'était nous le traiterions comme tel", a-t-elle ajouté en référence aux éventuelles retombées de l'affaire du Sofitel.

En 1997, Anne Sinclair avait quitté l'émission politique de TF1 7 sur 7 après la nomination de son mari comme ministre de l'Économie. Un choix qu'elle a justifié lundi par les "responsabilités publiques" qu'occupait alors son mari.

"PAS DE RESPONSABILITÉ PUBLIQUE"   Suite...

 
<p>Anne Sinclair, dans les locaux du Monde, &agrave; Paris, pour le lancement de la version fran&ccedil;aise du site am&eacute;ricain "The Huffington Post". La directrice &eacute;ditoriale du nouveau site s'est engag&eacute;e &agrave; traiter l'actualit&eacute; en toute objectivit&eacute;, m&ecirc;me si cela concerne son mari Dominique Strauss-Kahn. /Photo prise le 23 janvier 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>