Arrestation mouvementée de Kim Dotcom, fondateur de Megaupload

samedi 21 janvier 2012 12h07
 

par Mantik Kusjanto

WELLINGTON (Reuters) - La police néo-zélandaise a dû forcer des systèmes de verrouillage électroniques pour pénétrer vendredi dans la villa de Kim Dotcom, fondateur du site Megaupload.com, fermé sur ordre de la justice américaine pour violation des droits d'auteur.

Trois autres responsables de la plate-forme de partage de fichiers ont été interpellés dans le cadre de cette enquête. Ils sont accusés d'avoir entraîné plus de 500 millions de dollars de perte pour les ayant-droits et généré illégalement 175 millions de dollars de profit via les abonnements et la publicité.

Kim Dotcom, homme d'affaires allemand également connu sous le nom de Kim Schmitz, a refusé d'ouvrir aux policiers néo-zélandais qui se sont présentés à la villa où il résidait, au nord d'Auckland, a raconté samedi l'inspecteur Grant Wormald.

"Bien que notre équipe se soit présentée clairement, M. Dotcom s'est retranché dans la maison et a activé des mécanismes de verrouillage électroniques", a-t-il poursuivi.

Plusieurs dizaines de membres des forces de l'ordre et des hélicoptères avaient été dépêchés sur place. Ils ont dû forcer l'entrée de la propriété et de la chambre forte où Kim Schmitz s'était barricadé.

"Lorsqu'ils sont parvenus à entrer dans cette pièce, ils ont découvert M. Dotcom avec une arme à côté de lui qui avait l'air d'un fusil à canon scié. Il ne suffisait vraiment pas d'aller frapper à la porte", a souligné l'inspecteur.

PERQUISITIONS À HONGKONG

Deux armes à feu ont été saisies et un néo-zélandais de 55 ans arrêté en possession d'un pistolet a été inculpé pour port d'arme illégal. La police a par ailleurs saisi plusieurs ordinateurs et divers documents. Dix millions de dollars néo-zélandais (six millions d'euros) ont en outre été gelés sur les comptes de plusieurs établissements financiers.   Suite...