18 janvier 2012 / 07:38 / dans 6 ans

RIM pourrait intéresser des groupes asiatiques, Samsung dément

<p>Research In Motion -le fabricant des smartphones BlackBerry- n'est pas dans le collimateur de Samsung mais il para&icirc;t toutefois une cible de choix pour les fabricants asiatiques de smartphones qui voudraient contrer le syst&egrave;me d'exploitation Android de Google. /Photo d'archives/REUTERS/Enny Nuraheni</p>

par Alastair Sharp et Miyoung Kim

TORONTO/SEOUL (Reuters) - Research In Motion n‘est pas dans le collimateur de Samsung mais il paraît toutefois une cible de choix pour les fabricants asiatiques de smartphones qui voudraient contrer le système d‘exploitation Android de Google.

Samsung Electronics a déclaré mercredi qu‘il ne voyait pas l‘intérêt de racheter le fabricant des combinés Blackberry ou de conclure un accord de licence, réfutant des informations publiées sur un blog technologique.

“Nous n‘avons pas envisagé d‘acquérir ce groupe et nous ne sommes pas intéressés par un rachat”, a déclaré James Chung, porte-parole de Samsung. Le groupe sud-coréen n‘a pas été approché par RIM, a-t-il précisé.

De son côté, RIM s‘est refusé à tout commentaire.

Le site Boy Genius Report, disant s‘appuyer sur une source anonyme, a rapporté que des rencontres ont eu lieu entre des dirigeants de RIM et ceux d‘autres groupes intéressés par un rachat partiel ou total de RIM, et notamment avec Samsung.

RIM chercherait également à conclure des accords de commercialisation des licences d‘exploitation de ses logiciels, a indiqué le site.

Ces informations ont fait bondir le titre à Wall Street, avec une clôture en hausse de plus de 8% à 17,47 dollars. Il a ensuite chuté de 5,3% en après-Bourse en réaction aux propos de Samsung.

L‘action a bondi de plus de 6% à quatre reprises depuis le 21 décembre dernier, lorsque Reuters a rapporté que le groupe Amazon.com ainsi que d‘autres acquéreurs potentiels avaient envisagé une offre.

LA PLATE-FORME DE RIM UTILISÉE SOUS LICENCE?

Malgré le démenti apporté par le géant sud-coréen, RIM pourrait conserver suffisamment d‘attrait pour un fabricant asiatique comme LG Electronics, HTC ou ZTE, qui ne disposent pas de leur propre système d‘exploitation mobile, a rapporté une source au sein d‘un grand fabricant asiatique de combinés.

“Comme nous n‘avons pas notre propre plateforme, (RIM) est une option attractive à examiner et nous sommes prêts à tout envisager”, a dit la source, qui a une connaissance directe du dossier.

Samsung, de son côté, dispose d‘une plateforme avec son logiciel Bada, qu‘il souhaite développer en le fusionnant avec une plateforme soutenue par le géant des semi-conducteurs Intel.

Le groupe coréen, qui a ravi à Apple la place de numéro un mondial des fabricants de smartphones, pourrait ne pas être intéressé par un rachat pur et simple de RIM, mais certains analystes jugent que le système d‘exploitation du Blackberry correspondrait à sa stratégie consistant à renforcer ses logiciels et à viser la clientèle professionnelle.

“Nous prévoyons que RIM proposera des accords de licence sur (la plate-forme) Blackberry 10 et demandera 10 dollars par appareil équipé”, estime Peter Misek, analyste chez Jefferies.

“Samsung et HTC pourraient faire cela pour accéder à la base de clients de RIM, se diversifier pour éviter une dépendance à Android et gagner plus d‘exposition sur la clientèle d‘entreprises. Blackberry 10 est un dérivé d‘Android, et par conséquent de nombreux ponts sont possibles (entre les deux).”

Avec Clare Jim à Taipeh; Catherine Monin et Jean Décotte pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below