6 décembre 2011 / 08:19 / dans 6 ans

Le crime organisé pas impliqué dans le scandale Olympus

par Mayumi Negishi et Yoko Kubota

TOKYO (Reuters) - La commission chargée d‘enquêter sur la dissimulation des pertes d‘Olympus a déclaré mardi n‘avoir découvert aucune implication du crime organisé dans le scandale qui secoue le groupe japonais depuis la mi-octobre.

Le comité, constitué d‘experts externes à Olympus mais nommés par ses soins pour remonter à la source d‘un gigantesque maquillage financier, a en revanche accusé deux anciens dirigeants d‘avoir trafiqué les comptes du groupe pendant 13 ans afin d‘enjoliver sa performance financière.

“Le coeur de la direction était pourri et les parties autour étaient également contaminées”, lit-on dans ce rapport, qui évoque une “tumeur autour de l‘ancienne équipe de direction”.

“Dans le pire sens imaginable, la situation était celle de la culture tribale du salarié japonais”, ajoute le rapport, en référence à la culture de loyauté absolue à l‘entreprise.

La commission a préconisé de remercier tous ceux qui avaient connaissance du procédé de dissimulation comptable.

Elle explique que l‘ancien vice président du groupe, Hisashi Mori, et un ancien auditeur interne, Hideo Yamada, ont concocté dès 1998 - avec l‘aide de plusieurs banquiers d‘investissement - un plan pour dissimuler des pertes financières enregistrées au cours des années 1990 sur fond de décrochage de la Bourse japonaise.

À leur plus fort, les pertes dissimulées ont atteint 134,8 milliards de yens (1,3 milliard d‘euros), précise-t-elle, se montrant également critique à l’égard des auditeurs sur la période concernée, KPMG AZSA et Ernst & Young ShinNihon.

LE TITRE TERMINE EN HAUSSE DE 9,07%

Olympus a perdu environ la moitié de sa valeur en Bourse depuis le licenciement de son ancien directeur général, le britannique Michael Woodford, à la mi-octobre. Ce dernier avait exprimé ses réserves sur la comptabilité du groupe et jugé douteux des versements inhabituellement élevés sur des acquisitions passées.

Début novembre, le groupe avait reconnu que des acquisitions controversées avaient servi à masquer des pertes sur des titres financiers remontant aux années 1980.

L‘hypothèse d‘une implication du crime organisé avait rapidement émergé, en raison des pressions historiquement exercées par les yakuzas sur les entreprises japonaises, mais aussi parce que Michael Woodford, une fois congédié, avait quitté précipitamment le pays en évoquant des craintes pour sa sécurité.

L‘action Olympus a terminé mardi en hausse de 9,07% après avoir gagné jusqu’à 15% en séance. Depuis trois semaines, les investisseurs espèrent en effet que le titre ne soit pas retiré de la cote et qu‘une possible sanction, si elle survient, ne vise que les anciens dirigeants du groupe.

Les conclusions du rapport d‘enquête n‘apportent pas à ce jour de réelle surprise aux investisseurs. Mais les pouvoirs d‘enquête de la commission étant limités, et ses membres nommés par l’équipe dirigeante d‘Olympus ayant congédié Michael Woodford, des doutes subsistent sur ses facultés d‘expertise.

Olympus fait toujours l‘objet au Japon d‘une enquête conjointe de la police, des autorités judiciaires et des régulateurs boursiers.

Le groupe a réaffirmé mardi qu‘il entendait publier ses résultats financiers du deuxième trimestre d‘ici au 14 décembre, faute de quoi il risque d’être rayé de la Bourse de Tokyo. Il a également dit qu‘il publierait prochainement ses communiqués financiers révisés pour les cinq dernières années.

L‘opérateur de la Bourse de Tokyo a toutefois déclaré dans la foulée maintenir le titre sous surveillance en vue d‘un possible retrait de la cote.

Michael Woodford a de son côté annoncé qu‘il retournerait au Japon sous peu pour discuter avec les investisseurs. Il a déjà dit qu‘il était prêt à reprendre ses fonctions dirigeantes si les actionnaires le lui demandaient.

Jean-Philippe Lefief et Natalie Huet pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below