RIM veut étendre ses services sécurisés aux iPhone

mercredi 30 novembre 2011 15h25
 

TORONTO (Reuters) - Research in Motion a annoncé un nouveau service permettant aux entreprises d'intégrer les appareils mobiles de leurs employés -dont ceux d'Apple ou ceux fonctionnant sous Android- à leurs réseaux sécurisés.

En proposant pour la première fois ses services de sécurisation des réseaux indépendamment de ses propres appareils -dont la part de marché ne cesse de se réduire au profit de l'iPhone et des appareils utilisant le système d'exploitation Android de Google- RIM espère se repositionner en leader de la gestion de la sécurisation des réseaux de communication des entreprises et générer une nouvelle source de revenus.

Le lancement de Mobile Fusion, prévu pour la fin du mois de mars, représente la première manifestation concrète d'une prise de conscience du fabricant canadien du BlackBerry de la concurrence croissante qu'il subit auprès d'une clientèle professionnelle qu'il a longtemps considéré comme sa chasse gardée.

"Ce n'est pas un aveu de culpabilité - c'est un mal nécessaire", estime Jeff Fidacaro, analyste chez Suquehanna.

Le service Mobile Fusion permettra aux entreprises de gérer, de sécuriser et de surveiller des appareils mobiles fonctionnant sous diverses plates-formes, dont l'iPhone et l'iPad d'Apple, ainsi que les smartphones utilisant le système d'exploitation Android de Google.

Intégrant et élargissant les fonctionnalités du BlackBerry Enterprise Server (BES), par lequel transitent les données échangées sur les Blackberry afin d'être cryptées, ce service permettra par exemple de verrouiller à distance un appareil volé, ou d'effacer les données qu'il contient.

"Ce que notre clientèle professionnelle recherche, et l'occasion qui s'offre à nous, est de devenir la plate-forme de référence", a déclaré Alan Panezic, vice-président de RIM pour la gestion des produits professionnels.

Il s'est refusé à préciser le prix de Mobile Fusion déclarant seulement qu'il serait compétitif par rapport à celui des services concurrents.

Alan Panezic a par ailleurs précisé que le groupe canadien pourrait envisager d'étendre ce service à d'autres systèmes d'exploitation, comme Windows Phone de Microsoft, si la demande s'avérait suffisante.   Suite...