Olympus lance un examen stratégique de sa structure d'activité

mardi 29 novembre 2011 11h02
 

TOKYO (Reuters) - Olympus a engagé un examen stratégique de sa structure d'activité, selon une note interne, alors que les spéculations vont bon train sur une possible cession d'actifs de la part du groupe nippon, empêtré dans un scandale comptable.

Le fabricant d'appareils photo, d'instruments d'optique et d'équipement médical envisage également de revoir sa gouvernance d'entreprise, très critiquée, et est en train de mettre en place deux groupes de travail distincts pour piloter ces revues stratégiques, selon cette note datée du 28 novembre, dont Reuters a obtenu une copie.

Olympus a par la suite confirmé ces informations.

"(Les groupes de travail) diront clairement quelles sont la structure d'activité optimale et la structure de bénéfice adaptée pour promouvoir le développement régulier de notre entreprise", écrit le président Shuichi Takayama dans cette note aux employés du groupe.

Olympus, qui fait l'objet d'une enquête de police et est menacé d'être retiré de la cote, souhaite protéger son activité très lucrative de fabrication d'endoscopes face aux possibles retombées du maquillage comptable auquel le groupe s'est livré.

Début novembre, il a reconnu que des achats controversés avaient servi à masquer des pertes sur des titres financiers remontant aux années 1980.

Jusqu'à présent, aucun signe ne laisse penser que le scandale a perturbé l'activité d'endoscopie d'Olympus, estimée à 2,6 milliards de dollars (1,95 milliard d'euros) et en situation de quasi-monopole au niveau mondial. Mais on s'attend à ce qu'Olympus soit contraint de passer d'importantes dépréciations une fois que ses comptes auront été régularisés.

Selon le quotidien Nikkei, Olympus a récemment proposé à ses banques créancières un plan visant à réduire sa dette d'environ 260 milliards de yen (2,5 milliards d'euros) au cours des trois prochaines années et pourrait devoir céder des actifs dans cette optique.

La branche appareils photo fonctionne actuellement à perte, et le groupe est également présent dans les microscopes, son domaine d'activité à la création de l'entreprise il y a 92 ans, ainsi que dans les systèmes de test et les téléphones mobiles.

Reiji Murai et Maki Shiraki, Jean Décotte pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten