25 novembre 2011 / 10:55 / il y a 6 ans

Le livre audio cherche à "dépoussiérer" son image en France

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Redonner ses lettres de noblesse à un article souvent perçu comme un “sous-livre”, au point de lui décerner de prestigieux prix littéraires, c‘est la vocation de l‘association “Lire Dans Le Noir”.

Depuis 2009, elle récompense chaque année la meilleure adaptation orale de romans récents, de classiques, de documents et de livres pour la jeunesse. Parmi les lauréats de ce “Goncourt du livre lu” décerné cette semaine dans les salons parisiens de la Société des gens de lettres, “La Couleur des Sentiments” de Kathryn Stockett aux éditions Audiolib.

“Un prix littéraire, c‘est donner une autre image du livre audio, c‘est dire que c‘est une oeuvre a part entière”, explique Aurélie Kieffer, présidente de Lire dans le noir et journaliste à France Culture.

“C‘est un travail qui mérite vraiment d’être récompensé”, ajoute-t-elle. Derrière un livre audio se cachent en effet un auteur, des acteurs, un éditeur, un ingénieur du son, des musiciens, un monteur, et des dizaines d‘heures de travail. Hors fabrication et droits d‘auteur, la production d‘un livre audio peut coûter entre 5.000 et 25.000 euros.

Pour les éditeurs et libraires convaincus, le livre lu est bien plus que la version orale d‘un texte, il est “une proposition” par rapport à ce texte. Mais ces livres audio, proposés par 30 à 40 maisons d’édition en France, peinent encore à rencontrer leur public.

De novembre 2010 à octobre 2011, un peu moins d‘1,4 million de livres audio ont été vendus en France, soit à peine 0,4% du marché du livre, d‘après les données du panel livre de GfK, un institut d’études marketing. Près de 88% de ceux-ci étaient destinés à la jeunesse.

En comparaison, environ 111 millions de livres audio ont été vendus en Allemagne entre janvier et octobre, d‘après GfK.

Mais s‘il constitue encore une part infime du marché du livre, le secteur du livre audio a connu une nette croissance ces quatre dernières années en France. Cette année, le nombre de ventes a ainsi grimpé de 8,9% par rapport à l‘année dernière.

UN CÔTÉ SAUGRENU

“Au début, les gens ne comprenaient pas, ça avait un côté saugrenu”, explique Edgar Haddad, gérant de la librairie spécialisée Mots et Merveilles, à Paris. Mais poursuit-il, le livre lu est en train de “passer dans les moeurs”.

Plusieurs éditeurs évoquent des progressions annuelles de leurs ventes de l‘ordre de +30%.

“Il y a un vrai mouvement qui s‘est amorcé ces dernières années”, estime Marine de Pierrefeu, éditrice de la collection “Ecoutez Lire”, chez Gallimard. Auparavant “assez tourné vers les malvoyants, les personnes âgées” et la jeunesse, le livre audio attire aujourd‘hui de nouvelles audiences.

Une étape a notamment été franchie avec l‘arrivée sur le marché de grands noms de l’édition comme Gallimard en 2004, une filiale des éditions Hachette en 2008, et l‘Ecole des Loisirs en 2009. Avec eux, l‘offre s‘est modernisée.

“En France, l‘une des raisons pour lesquelles le marché stagnait, je dirais jusqu’à 2007, c‘est que l‘offre n’était pas assez diversifiée, il y avait énormément de choses en jeunesse, en documents, en littérature classique, mais il manquait tout ce qui était titres qui fonctionnent en librairie, best-sellers”, explique Valérie Lévy-Soussan, directrice d‘Audiolib, filiale du groupe Hachette.

Le marché du livre audio hors jeunesse est aujourd‘hui celui qui se développe le plus vite, avec une progression de 18,3% cette année par rapport à l‘année dernière.

“On avait une offre qui était insuffisante par rapport à ce qui se passait et ce qui se vendait à l’étranger”, dit-elle.

NOUVELLES PRATIQUES D’ÉCOUTE

Avec des titres d‘actualité lus par des comédiens connus, l‘offre du livre audio se fait plus “attrayante”. S‘ajoute à cela une plus grande rapidité de publication par rapport à la version papier.

La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett a ainsi été publié par Audiolib trois mois après sa sortie, et on observe de plus en plus de sorties concomitantes entre livre audio et livre papier pour des auteurs à succès. La croissance du marché s‘est aussi affirmée à la faveur de la baisse du prix des livres audio, dans le sillage du passage de son taux de TVA à 5,5% en 2009.

Malgré tout, de nombreuses librairies hésitent à mettre en rayon des livres audio, par peur de ne pas les vendre.

“On fait ce qu‘on peut pour dépoussiérer un peu l‘image (du livre audio), mais il est certain qu‘elle reste un petit peu”, dit Marine de Pierrefeu.

Selon Aurélie Kieffer, il y a “encore un cap à passer” pour convaincre les libraires et les lecteurs de la valeur de ce produit. Mais elle est convaincue de son potentiel.

“Je suis très optimiste par rapport aux nouvelles technologies parce que je pense que ca peut attirer un nouveau lectorat vers le livre audio”, dit-elle. “Les jeunes, qui sont très technophiles, s‘ils écoutent de la musique, s‘ils écoutent des podcasts, pourquoi pas des livres audio?”

Les ventes en téléchargement pur sont aujourd‘hui marginales, confient les éditeurs, mais tous y voient l‘avenir de ce medium qui, estime Valérie Levy Soussan, est “très compatible avec les nouvelles pratiques d’écoute”.

Edité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below