Un plan d'envergure chez Alcatel, comme à NSN, jugé improbable

jeudi 24 novembre 2011 15h03
 

PARIS (Reuters) - Alcatel-Lucent n'aurait ni la marge de manoeuvre politique ni financière pour mener des restructurations de grande ampleur qui rivaliseraient avec celles de son concurrent Nokia Siemens Networks, déclarent jeudi des analystes.

L'Etat étant monté au créneau pour défendre le maintien des effectifs français de PSA et d'Areva, il paraît peu probable qu'un plan d'envergure voit le jour chez l'équipementier télécoms franco-américain, ajoutent-ils.

"Alcatel ne fera pas de grosse annonce comme celle-là, surtout qu'en France le contexte est délicat en ce moment", juge un analyste basé à Paris. "On a vu qu'à chaque fois que les entreprises ont annoncé quelque chose, le gouvernement est monté au créneau."

Dans le même secteur, l'équipementier Nokia Siemens Networks a annoncé mercredi qu'il devrait supprimer 17.000 emplois, soit 23% de ses effectifs, afin d'économiser autour du milliard d'euros par an.

En ce qui concerne Alcatel, plusieurs analystes jugent suffisante l'annonce, le 4 novembre, de 500 millions d'euros de réductions de coûts supplémentaires prévues pour 2012.

"Alcatel a déjà fait ses annonces", résume l'un d'entre eux.

Après avoir consommé près d'un milliard d'euros de trésorerie depuis le début de l'année, le groupe a fait de la trésorerie sa principale priorité pour 2012.

"Plus de restructurations voudrait dire que l'entreprise va consommer du cash encore plus vite", ajoute un analyste basé à Londres.

"C'est sur la croissance du chiffre d'affaires qu'ils sont attendus. S'ils arrivent à maintenir leurs revenus, les résultats suivront", explique-t-il.   Suite...