Facebook enquête sur un afflux d'images et vidéos indésirables

mercredi 16 novembre 2011 15h54
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - Facebook a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête sur l'afflux d'images, vidéos ou liens internet indésirables, à caractère pornographique ou violent, sur les pages de certains de ses utilisateurs au cours des derniers jours.

"Nous avons été visés par une attaque coordonnée qui a exploité une faiblesse de navigateur internet", explique Andrew Noyes, porte-parole de Facebook, dans un courrier électronique adressé à Reuters.

"Nos efforts ont considérablement limité les dégâts causés par cette attaque et nous cherchons désormais à en identifier les responsables."

Les utilisateurs de Facebook ont été amenés à copier-coller et exécuter des codes javascript dans leur barre d'adresse, ce qui les a conduit à partager à leur insu ces contenus, a ensuite précisé Noyes.

Facebook et les autres sites "Web 2.0" sont des cibles particulièrement vulnérables parce qu'elles hébergent un grand nombre de contenus externes, selon Paul Ferguson, spécialiste des menaces sur internet chez Trend Micro.

"Il semble que chaque jour il y ait une nouvelle 'menace' sur Facebook, mais cela reflète simplement la nouvelle donne du Web 2.0 et des réseaux sociaux en ligne", a-t-il observé.

Alistair Barr et Jim Finkle, Grégory Blachier pour le service français, édité par Catherine Monin