Ubisoft insiste sur ses jeux web après un 1er semestre en perte

mardi 8 novembre 2011 19h42
 

PARIS (Reuters) - Ubisoft a réduit sa perte de plus de moitié au premier semestre, cueillant quelques bienfaits de sa réorientation vers les jeux sur internet et confirmant pouvoir ramener sa rentabilité opérationnelle dans le vert en 2011-2012.

Très attendu par les analystes financiers sur sa montée en force dans les jeux en ligne et sur son recentrage sur des jeux de meilleure qualité, l'éditeur français a indiqué avoir généré 30 millions d'euros de revenus grâce au "online" au premier semestre, soit un bond de 85% pour un segment généralement très rentable dont le groupe était encore récemment absent.

"Nous sommes sur la bonne voie (...), nous pensons que nos jeux vont montrer une amélioration significative de qualité par rapport à l'année dernière", a ajouté Yves Guillemot, le PDG de l'entreprise, lors d'une conférence téléphonique.

Pour un chiffre d'affaires de 248,5 millions, Ubisoft a accusé une perte opérationnelle courante de 49,3 millions d'euros en dépit de l'amélioration de sa marge brute, pénalisé notamment par une augmentation de ses frais commerciaux et généraux.

Le groupe table pour le troisième trimestre, qui comprend la période de Noël, cruciale pour l'industrie, sur des revenus compris entre 580 et 620 millions d'euros (-3,3% à +3,3%).

Il estime que son portefeuille de jeux sur internet continuera de croître au cours des mois à venir, après avoir signé au premier semestre des premiers pas qu'il juge prometteurs, faisant état d'un décollage rapide de son "Schtroumpfs" sur le réseau social Facebook, ainsi que de son jeu "Settlers", dans lequel l'usager est transporté à l'époque de la Renaissance pour construire son royaume virtuel.

Le groupe, qui vise un résultat opérationnel courant positif de 40 à 60 millions d'euros en 2011-2012 pour des ventes de 1,04 à 1,08 milliard, devra démontrer ces prochains mois qu'il peut effectivement améliorer ses marges, après avoir modifié sa stratégie pour se concentrer sur un nombre de titres réduit mais avec des budgets plus importants, afin de produire des jeux de meilleure qualité.

Ubisoft ne s'attend pas à renouer avec une génération de trésorerie positive avant l'exercice 2012-2013.

Avant ces annonces, l'action a clôturé en hausse de 3,03% à 4,585 euros. Elle chute de près de 43% depuis le début de l'année.

Marie Mawad, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>Ubisoft a r&eacute;duit sa perte de plus de moiti&eacute; au premier semestre gr&acirc;ce &agrave; sa r&eacute;orientation vers les jeux sur internet et s'estime sur la bonne voie pour retrouver une rentabilit&eacute; op&eacute;rationnelle sur l'exercice. /Photo d'archives/REUTERS/Phil McCarten</p>