Olympus reconnaît un maquillage comptable de plus de 20 ans

mardi 8 novembre 2011 10h47
 

par Nathan Layne et Isabel Reynolds

TOKYO (Reuters) - Olympus a reconnu que des acquisitions controversées avaient servi à masquer des pertes sur des titres financiers remontant aux années 1980, succombant ainsi à des semaines de pression qui ont fait fondre sa valeur en Bourse de Tokyo.

Le fabricant d'appareils photo et d'instruments d'optique a vu son titre perdre plus de 70% en Bourse depuis le licenciement à la mi-octobre du directeur général Michael Woodford, qui avait jugé douteux des versements de 1,3 milliard de dollars (950 millions d'euros) sur des acquisitions passées.

Olympus a dit mardi avoir découvert que des sommes liées à quatre fusions-acquisitions, dont le rachat en 2008 du groupe britannique Gyrus pour 2,2 milliards de dollars, qui a donné lieu à des honoraires anormalement élevés de 687 millions de dollars, avaient servi à dissimuler des pertes sur des titres financiers.

Le président d'Olympus a estimé au cours d'une conférence de presse que les anciens dirigeants du groupe étaient responsables du maquillage financier et a dit envisager des poursuites pénales à leur encontre.

"Je n'avais aucune idée des faits que je vous explique aujourd'hui, a dit Shuichi Takayama, qui avait fermement défendu les acquisitions lorsqu'il a succédé à Tsuyoshi Kikukawa le mois dernier.

Olympus, fondé en 1919, a annoncé le licenciement de son vice-président, Hisashi Mori, tandis que son auditeur interne Hideo Yamada a proposé de démissionner.

LA CAPITALISATION BOURSIÈRE A FONDU DE 6 MILLIARDS DE DOLLARS

L'action Olympus a terminé mardi en baisse de 29%, à son plus bas niveau depuis 16 ans. La valeur boursière du groupe a fondu de six milliards de dollars depuis la mi-octobre.   Suite...

 
<p>Conf&eacute;rence de presse du pr&eacute;sident d'Olympus, Shuichi Takayama, &agrave; Tokyo. Le fabricant d'appareils photo et d'instruments d'optique a reconnu que des acquisitions controvers&eacute;es avaient servi &agrave; masquer des pertes sur des titres financiers remontant aux ann&eacute;es 1980. L'action a termin&eacute; mardi en baisse de 29%. La valeur boursi&egrave;re du groupe a fondu de six milliards de dollars depuis la mi-octobre. /Photo prise le 8 novembre 2011/ REUTERS/Toru Hanai</p>