France Télécom conserve ses ambitions pour céder Orange Suisse

vendredi 21 octobre 2011 13h44
 

PARIS (Reuters) - Les conditions actuelles de financement ne remettent pas en cause le prix que France Télécom espère tirer de la vente de sa division suisse, a déclaré vendredi son PDG Stéphane Richard.

L'opérateur télécoms a annoncé fin juillet l'engagement d'un processus en vue d'une éventuelle cession d'Orange Suisse, une opération qui pourrait lui rapporter de 1,5 à 2 milliards d'euros.

Certains s'interrogent cependant sur la faisabilité de l'opération au vu du durcissement des conditions de financement qui pèsent notamment sur les marges de manoeuvre des fonds d'investissement.

Prié de dire si, dans la conjoncture actuelle, le groupe espérait toujours obtenir le prix qu'il souhaite pour la cession d'Orange Suisse, Stéphane Richard a répondu : "Rien ne nous permet de penser le contraire".

"C'est peut-être l'une des opérations un peu significatives, faisable dans les marchés qu'on connaît", a-t-il ajouté en marge d'un colloque sur internet organisé à l'initiative du ministre de l'Industrie et de l'Economie numérique Eric Besson.

Le groupe réfléchit également à l'avenir de ses participations en Autriche et au Portugal.

Marie Mawad, avec la contribution de Gwénaelle Barzic, édité par Jean-Michel Bélot

 
<p>Selon St&eacute;phane Richard, PDG de France T&eacute;l&eacute;com, les conditions actuelles de financement ne remettent pas en cause le prix que le groupe t&eacute;l&eacute;coms fran&ccedil;ais esp&egrave;re tirer de la vente de sa division suisse. /Photo prise le 24 f&eacute;vrier 2011/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>