La valeur boursière d'Olympus a fondu de 50% en une semaine

vendredi 21 octobre 2011 09h57
 

TOKYO (Reuters) - Le titre Olympus a encore reculé de 6,81% vendredi, la valeur boursière du groupe japonais ayant ainsi fondu d'environ 50% depuis vendredi dernier, jour où il a annoncé le licenciement de son directeur général Michael Woodford.

Les investisseurs ont ainsi poussé l'action du fabricant d'appareils photos et d'instruments d'optique de précision à un plus bas de deux ans et demi, accentuant encore un peu plus la pression sur le groupe pour qu'il s'explique sur des honoraires de conseil inhabituellement élevés versés dans le cadre d'une acquisition et révélés par le dirigeant évincé.

Olympus a reconnu mercredi avoir versé 687 millions de dollars (498 millions d'euros) à des conseillers financiers lors de l'achat du fabricant britannique d'équipements médicaux Gyrus.

Ces honoraires représentent un tiers du prix de l'acquisition alors que, traditionnellement, ils ne comptent que pour 1%, voire 2%, de la valeur d'une transaction, selon une étude de PriceWaterhouseCoopers commanditée par Michael Woodford.

PROTECTION DE LA POLICE

Ce dernier a dit à Reuters jeudi qu'il avait demandé la protection de la police britannique après avoir transmis de nouvelles informations aux enquêteurs anti-fraude britanniques au sujet des honoraires.

Dans les données transmises par Michael Woodford aux autorités, un ancien banquier d'affaires d'origine japonaise apparaît comme la figure centrale de l'affaire des honoraires.

D'après ces documents, Hajime 'Jim' Sagawa était le propriétaire d'AXES, une société de services financiers américaine peu connue qui a reçu les honoraires exorbitants dénoncés par Michael Woodford.

Olympus, qui conteste toute irrégularité, a dit que les honoraires avaient été versés à AXES et sa filiale AXAM Investments, une société enregistrée aux îles Caïman, dont Hajime Sagawa était un membre du conseil d'administration, selon le rapport de PriceWaterhousCoopers.   Suite...

 
<p>Le titre Olympus a encore recul&eacute; de 6,81% vendredi, la valeur boursi&egrave;re du groupe japonais ayant ainsi fondu d'environ 50% depuis vendredi dernier, jour o&ugrave; il a annonc&eacute; le licenciement de son directeur g&eacute;n&eacute;ral Michael Woodford. /Photo prise le 20 octobre 2011/REUTERS/Kim Kyung-Hoon</p>