Viadeo met le cap sur la Chine

jeudi 20 octobre 2011 15h03
 

par Gwénaëlle Barzic et Marie Mawad

PARIS (Reuters) - Viadeo veut s'imposer comme le premier réseau social pour les professionnels en Chine, en pariant que ce marché deviendra rapidement aussi lucratif que celui des Etats-Unis, où trône son principal concurrent LinkedIn.

Le leader français maintient sa politique volontariste d'expansion dans les pays émergents et se tient prêt à y réaliser de nouvelles acquisitions, tout particulièrement en Russie, a déclaré à Reuters Olivier Fécherolle, son directeur général du développement.

"Nous avons cette logique qui consiste à réinvestir tout ce que nous gagnons en Europe dans les autres pays", a-t-il expliqué, lors du Forum Reuters des pépites de l'internet.

Le groupe web, qui génère un chiffre d'affaires dans la fourchette de 30 à 50 millions de dollars (22 à 36 millions d'euros), connaît une croissance annuelle de l'ordre de 60% à 80%, selon le dirigeant.

Se détournant du marché américain, où il estime qu'il faudrait des moyens démesurés pour s'attaquer à LinkedIn, Viadeo a racheté des entreprises locales pour s'implanter tour à tour en Chine, en Inde et en Amérique Latine.

"Là où il y a des acteurs américains bien implantés, ce n'est pas simple", a jugé Olivier Fécherolle. "Je pense qu'être leader en Chine vaudra autant qu'être leader aux Etats-Unis, très vite (...), dans cinq ans", a-t-il ajouté.

Viadeo fait le pari que ces nouveaux marchés, où il a amassé plusieurs millions de membres mais où il ne génère pour l'instant pas de recettes, verront leurs revenus décoller au cours des prochains mois.

En Chine, le site a dépassé le seuil des huit millions d'abonnés et devrait générer son premier chiffre d'affaires avant Noël, selon le dirigeant, qui estime pouvoir atteindre 20 millions de membres dans le pays à moyen terme.   Suite...

 
<p>Olivier F&eacute;cherolle, directeur g&eacute;n&eacute;ral du d&eacute;veloppement de Viadeo, explique que le leader fran&ccedil;ais des r&eacute;seaux sociaux mise sur le march&eacute; chinois, o&ugrave; il entend devenir le r&eacute;seau num&eacute;ro un pour les professionnels. /Photo prise le 19 octobre 2011/REUTERS/John Schults</p>