20 octobre 2011 / 06:53 / dans 6 ans

Ralentissement en vue au 4e trimestre pour Publicis

<p>Le pr&eacute;sident du directoire de Publicis, Maurice L&eacute;vy. Le troisi&egrave;me groupe publicitaire mondial en termes de revenus a d&eacute;pass&eacute; les attentes au troisi&egrave;me trimestre en affichant jeudi une croissance organique de 6,4%, soutenu notamment par la bonne tenue de ses march&eacute;s europ&eacute;ens en d&eacute;pit des inqui&eacute;tudes li&eacute;es aux probl&egrave;mes de dette souveraine dans la r&eacute;gion. /Photo prise le 31 ao&ucirc;t 2011/REUTERS/Charles Platiau</p>

par Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Publicis a dépassé les attentes au troisième trimestre en affichant jeudi une croissance organique de 6,4%, soutenu notamment par la bonne tenue de ses marchés européens en dépit des inquiétudes liées aux problèmes de dette souveraine dans la région.

Le président du directoire Maurice Lévy anticipe toutefois un ralentissement “ponctuel” de la croissance au quatrième trimestre, qui ne devrait cependant pas empêcher le troisième groupe publicitaire mondial en termes de revenus d‘atteindre son objectif de faire mieux que le marché en 2011.

Maurice Lévy a par ailleurs déclaré devant des journalistes que la marge opérationnelle du groupe sur l‘exercice devrait être “comparable” à celle de 2010 malgré une dégradation au premier semestre sous le coup de la hausse des dépenses salariales et des acquisitions.

A 10h20, le titre Publicis abandonnait 3,6% à 33,645 euros, ce qui en faisait la deuxième plus forte baisse de l‘indice vedette des valeurs parisiennes, qui cédait 1,2%.

Les attentes du marché étaient élevées après les résultats supérieurs aux anticipations annoncés mardi par le numéro deux mondial, l‘américain Omnicom, qui a été le premier à dévoiler ses chiffres du troisième trimestre.

“Le titre (Publicis) a eu un parcours plutôt satisfaisant jusqu’à la publication d‘aujourd‘hui, donc nous pensons qu‘il existe un risque que certains investisseurs prennent leurs bénéfices, les nouvelles à venir étant susceptibles de se détériorer”, estiment les analystes d‘UBS dans une note.

Le marché s‘interroge en particulier sur la capacité du groupe à continuer à améliorer ses marges compte tenu de sa politique d‘investissement dans le digital et les émergents.

“Nous avons au deuxième semestre des prévisions où nous devrions assister à une amélioration de nos marges, ce qui devrait nous permettre d‘effacer l‘effet négatif que nous avons connu au premier semestre”, a déclaré Maurice Lévy, qui compte intensifier la réduction des coûts opérationnels.

CONFIANT POUR 2012

Concernant l‘année 2012, Maurice Lévy a reconnu que les incertitudes liées à la conjoncture économique pesaient sur les principaux clients de Publicis, qui maintiennent toutefois pour l‘instant leurs dépenses de marketing.

“Je n‘ai pas aujourd‘hui d‘informations qui me conduiraient à penser que l‘on va entrer dans un cycle récessif”, a-t-il dit.

“Pour l‘instant, nous avons des effritements, de l’érosion, des petites coupes qui interviennent ici et là”, a-t-il ajouté, rappelant que 2012 serait marquée par la conjonction des Jeux olympiques, du championnat d‘Europe de football et des élections, notamment aux Etats-Unis, ce qui devrait doper les investissements publicitaires.

La plupart des agences, dont ZenithOptimedia, filiale de Publicis, tablent sur une progression des recettes publicitaires mondiales aux environs de 5% pour 2012, une estimation que partage le dirigeant de Publicis.

Le groupe français sera en mesure de faire mieux que le marché l‘an prochain et en 2013 en termes de croissance comme en termes de marge, a prédit Maurice Lévy.

Au troisième trimestre, les revenus de Publicis se sont établis à 1,42 milliard d‘euros, en hausse de 6,4% à données comparables, après une hausse de 7,6% au deuxième trimestre et de 6,5% au premier.

Le groupe a notamment bénéficié du dynamisme de ses marchés européens qui ont progressé de 6,5%, prenant ainsi pour une fois de vitesse l‘Amérique du Nord (5,5%).

Sur la période, Publicis a enregistré pour 4,1 milliards de dollars de gains de budgets nets.

Le marché attend désormais la publication du numéro un mondial WPP, qui dévoilera ses chiffres le 28 octobre.

Gwénaëlle Barzic pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below