Les perspectives d'Ericsson s'assombrissent

jeudi 20 octobre 2011 12h00
 

par Simon Johnson et Olof Swahnberg

STOCKHOLM (Reuters) - L'incertitude économique et un changement de cap vers des segments à marge plus faible assombrissent les perspectives d'Ericsson malgré un solide troisième trimestre porté par le développement de l'internet haut débit mobile sur les smartphones et les tablettes.

Des concurrents tels que Juniper Networks ont déjà prévenu qu'une conjoncture mondiale difficile pousserait les opérateurs télécoms à être plus regardants en matière de dépenses, et cette préoccupation est partagée par Ericsson, le premier équipementier mondial des réseaux mobiles.

"Compte tenu des incertitudes économiques de par le monde, nous ne pouvons exclure que les opérateurs soient plus prudents pour leurs dépenses à court terme", a dit jeudi le directeur général Hans Vestberg.

D'autres éléments contrarient les perspectives du groupe suédois : son recentrage vers des segments à marge plus faible, une couronne forte et la concurrence d'équipementiers tels que le chinois Huawei .

L'accélération des projets de modernisation des réseaux en Europe et le pourcentage croissant des services dans les revenus sont venus rogner la marge brute au troisième trimestre. Elle ressort à 35% mais elle était attendue à 37%. En revanche, la marge opérationnelle a dépassé le consensus, à 11,3% contre 10,9% attendu.

Cette tendance à l'érosion de la marge va durer car la modernisation des réseaux en Europe, avec des matériels susceptibles de traiter à la fois les services 2G, 3G et 4G, représentera sans doute une plus grande partie des revenus au quatrième trimestre, explique Ericsson.

"Ericsson s'est préparé à un quatrième trimestre qui traditionnellement est solide mais, au vu de la situation économique, est-ce que cela correspond à la réalité ?", s'interroge Martin Garner, analyste de CCS Insight.

L'action Ericsson gagnait près de 5% en matinée.   Suite...

 
<p>Ericsson, premier &eacute;quipementier mondial pour les r&eacute;seaux mobiles, publie un b&eacute;n&eacute;fice op&eacute;rationnel nettement sup&eacute;rieur aux attentes, tout en annon&ccedil;ant que les incertitudes en mati&egrave;re de conjoncture &eacute;conomique pourraient inciter les op&eacute;rateurs t&eacute;l&eacute;coms a r&eacute;duire leurs d&eacute;penses. /Photo d'archives/REUTERS/Bob Strong</p>