L'ex-DG d'Olympus saisit le régulateur japonais

jeudi 20 octobre 2011 07h53
 

TOKYO (Reuters) - Michael Woodford, évincé de la direction générale d'Olympus la semaine dernière, a écrit à l'autorité des marchés japonais pour qu'elle examine les honoraires versés par son ancien groupe à des conseillers financiers, faisant reculer le titre pour la cinquième séance consécutive.

Le Britannique a déclaré à Reuters qu'il avait envoyé un courrier au gendarme boursier nippon afin d'attirer son attention sur les commissions inhabituellement élevées payées lors de l'acquisition de Gyrus.

Michael Woodford a également saisi les autorités britanniques antifraudes en début de semaine.

Olympus a reconnu mercredi avoir versé des honoraires de 687 millions de dollars (498 millions d'euros) à des conseillers lors de l'achat du fabricant britannique d'équipements médicaux, alors que la pratique du secteur prévoit des commissions allant de 1% à 2% sur le prix d'achat, soit dans ce cas entre 20 et 40 millions de dollars.

Un responsable de l'autorité des marchés a refusé de confirmer si le courrier de Michael Woodford avait été reçu, se bornant à dire que le régulateur ne faisait aucun commentaire sur les affaires prises individuellement.

Dans des échanges très volatils, l'action Olympus était en recul de 3,31% à moins d'une heure de la clôture à Tokyo, en passe de signer une cinquième séance de repli d'affilée, ce qui pousse certains intervenants à voir dans le fabricant d'appareils photo une cible possible d'OPA.

Depuis le licenciement de Michael Woodford vendredi, la capitalisation du groupe a fondu d'environ 4 milliards de dollars, pour tomber à quelque 4,9 milliards.

James Topham, Jean Décotte pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>Michael Woodford, &eacute;vinc&eacute; de la direction g&eacute;n&eacute;rale d'Olympus la semaine derni&egrave;re, a &eacute;crit &agrave; l'autorit&eacute; des march&eacute;s japonais pour qu'elle examine les honoraires vers&eacute;s par son ancien groupe &agrave; des conseillers financiers, faisant reculer le titre pour la cinqui&egrave;me s&eacute;ance cons&eacute;cutive. /Photo prise le 19 octobre 2011/REUTERS/Alex Smith</p>