Olympus s'effondre en Bourse après le renvoi de Michael Woodford

lundi 17 octobre 2011 10h37
 

par Isabel Reynolds et Tim Kelly

TOKYO (Reuters) - L'action Olympus a perdu lundi près d'un quart de sa valeur à la Bourse de Tokyo après la publication d'interviews de son ancien directeur général dans lesquelles il donne sa version des raisons de son licenciement, survenu vendredi.

Âgé de 51 ans, Michael Woodford a été renvoyé avec fracas, deux semaines seulement après avoir été promu à la direction générale, auréolé de louanges sur ses performances alors jugées brillantes.

Employé d'Olympus depuis 30 ans, le Britannique devenait ainsi l'un des rares non-Japonais à la tête d'une grande entreprise nippone.

Avant de plonger de 24% lundi, le titre du fabricant d'appareils photos et d'instruments d'optique de précision avait déjà dévissé de 18% vendredi. Ce plongeon a entraîné l'évaporation de 3,2 milliards de dollars de valorisation boursière.

"Il est normal que l'action d'une entreprise plonge comme cela après une nouvelle aussi brutale qui laisse la question de la direction du groupe à ce point dans le flou", a commenté Fujio Ando (Chibagin Asset Management).

Il est rare que les conseils d'administration limogent des dirigeants au Japon et la nouvelle a donc pris les marchés financiers au dépourvu.

Dans une interview publiée lundi par le Wall Street Journal, Michael Woodford dit avoir demandé au président Tsuyoshi Kikukawa de démissionner en raison d'inquiétudes sérieuses sur la gouvernance.

Au Financial Times, il déclare qu'on l'a licencié pour avoir examiné des paiements liés à des acquisitions effectuées par le groupe avant qu'il n'en assume la direction.   Suite...

 
<p>L'action Olympus a perdu lundi pr&egrave;s d'un quart de sa valeur &agrave; la Bourse de Tokyo apr&egrave;s la publication d'interviews de son ancien directeur g&eacute;n&eacute;ral dans lesquelles il donne sa version des raisons de son licenciement, survenu vendredi. Avant de plonger de 24% lundi, le titre du fabricant d'appareils photos et d'instruments d'optique de pr&eacute;cision avait d&eacute;j&agrave; d&eacute;viss&eacute; de 18% vendredi. /Photo d'archives/REUTERS/Yuriko Nakao</p>