Les pannes du BlackBerry s'étendent sur quatre continents

mercredi 12 octobre 2011 09h28
 

LONDRES (Reuters) - Les perturbations du service BlackBerry se sont étendues mardi à l'Amérique latine, un peu plus d'un jour après les pannes subies en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et en Inde.

Le constructeur du BlackBerry, le groupe canadien Research In Motion, a fait savoir qu'il travaillait à la résolution du problème, sans donner de détails sur ses causes.

"Certains usagers d'Europe, du Moyen-Orient, d'Afrique, d'Inde, du Brésil, du Chili et d'Argentine subissent des retards au niveau de la messagerie et de la navigation. Nous nous efforçons de rétablir un service normal au plus vite. Nous présentons nos excuses pour la gêne occasionnée", a annoncé le groupe dans un communiqué.

Plusieurs investisseurs appellent RIM à procéder à une scission ou à un remaniement de la direction à la suite des récents mauvais résultats et de l'échec du lancement de la tablette PlayBook, censée concurrencer l'iPad d'Apple.

RIM se voit de plus menacé sur le marché des messageries d'entreprises, qu'il considérait pourtant comme sa chasse gardée.

"Ce problème de pannes sur le BlackBerry ne pourrait pas avoir eu lieu à un plus mauvais moment pour RIM, étant donné les vives critiques des derniers mois", a commenté Malik Saadi, analyste chez Informa Telecoms & Media.

"Certaines entreprises pourraient voir cela comme une bonne raison de réévaluer leur dépendance envers des serveurs centralisés et décider d'opter pour des serveurs qu'elles contrôleraient davantage."

Peu avant ces nouvelles perturbations, RIM avait annoncé que ses services étaient rétablis en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, près de 20 heures après la panne signalée en Inde.

Georgina Prodhan et Paul Sandle; Gregory Schwartz pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
<p>La panne survenue lundi en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et en Inde sur le service BlackBerry s'est &eacute;tendue mardi &agrave; l'Am&eacute;rique latine, touchant des millions d'utilisateurs. /Photo d'archives/REUTERS/Shannon Stapleton</p>