ASML s'attend un ralentissement dans les semiconducteurs en 2012

mercredi 12 octobre 2011 10h00
 

par Roberta Cowan

AMSTERDAM (Reuters) - ASML, le leader mondial de la lithographie pour les semiconducteurs, estime qu'il y aura un ralentissement de la croissance dans la plupart des segments des semiconducteurs, à l'exception des technologies liées aux tablettes et aux smartphones.

Il s'est en outre abstenu mercredi de livrer le moindre objectif pour 2012. "Je pense que 2012 sera une année difficile; je dis cela parce que nous sommes à l'écoute de nos clients", a dit le directeur financier Peter Wennink dans une vidéo.

Il a ajouté que le ralentissement du secteur des semiconducteurs était patent au vu du carnet de commandes du quatrième trimestre.

ASML a dit que les commandes du quatrième trimestre étaient actuellement valorisées au-delà des 514 millions d'euros du troisième trimestre mais il n'a pas été plus précis. Les analystes interrogés par Reuters les attendent à 500-700 millions d'euros au quatrième trimestre.

L'évolution du carnet de commandes du leader mondial de la lithographie pour les semiconducteurs est un indicateur avancé de ce qu'on peut attendre pour des géants tels qu'Intel, le leader mondial des processeurs, et Taiwan Semiconductor Manufacturing, le premier sous-traitant mondial.

INCERTITUDE SUR L'AVENIR

Wennink a expliqué qu'à la différence de la période comparable de l'an passé, qui avait vu les commandes d'entreprises soucieuses de développer leurs capacités ou de mettre à jour leurs technologies atteindre un niveau record, "les clients ne savent pas de quoi l'avenir sera fait, ce qui ne nous encourage pas à avancer quoi que ce soit pour 2012".

Néanmoins, a-t-il ajouté, les équipements de semiconducteurs destinés à la production pour les smartphones et les tablettes verront encore de la demande.   Suite...

 
<p>ASML a d&eacute;clar&eacute; mercredi que les commandes du quatri&egrave;me trimestre d&eacute;passeraient celles du troisi&egrave;me trimestre et confirm&eacute; qu'il anticipait un chiffre d'affaires record en 2011. /Photo d'archives/REUTERS/Michael Kooren</p>