Vivendi serait en quête d'un partenaire polonais pour TVN

mercredi 5 octobre 2011 19h08
 

VARSOVIE (Reuters) - Vivendi, maison-mère de Canal+, pourrait s'allier avec un partenaire polonais en cas d'acquisition du groupe de télévision TVN, apprend-on de sources proches du dossier.

Selon une des sources, le groupe français envisagerait de faire alliance avec une société du secteur des télécoms. Plusieurs scénarios sont à l'étude, ajoute-t-on, mais ce sera compliqué compte tenu des incertitudes économiques et financières.

Selon un article du quotidien Rzeczpospolita, Vivendi pourrait s'allier avec le numéro un polonais des télécoms TPSA, filiale de France Télécom, après l'achat de TVN.

Le journal, qui cite une source anonyme, écrit que Vivendi pourrait former avec TPSA un partenariat dans les médias et les télécoms comprenant éventuellement des participations croisées.

TPSA et TVN se sont refusés à tout commentaire.

Lundi, le président du conseil de surveillance de Vivendi Jean-René Fourtou avait dit au journal Rzeczpospolita qu'il était intéressé par l'achat de TVN avec un partenaire local.

Le quotidien ajoutait qu'outre Vivendi, RTL , filiale de Bertelsmann, et Time Warner restaient en lice pour TVN.

ITI Group, l'actionnaire de contrôle de TVN, a engagé en juillet JPMorgan et Nomura pour trouver un acheteur pour sa participation de 56%, valorisée par certains analystes 1,3 milliard de dollars.

TVN exploite un chaîne de télévision payante, des chaînes gratuites et le premier portail internet polonais.

En Pologne, Vivendi contrôle le numéro deux de la télévision payante Cyfra+ qui pourrait être fusionné avec la plate-forme concurrente "n" de TVN.

Adrian Krajewski, Natalie Huet et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Jean Décotte

 
<p>Jean-Bernard L&eacute;vy, pr&eacute;sident du directoire de Vivendi. La maison-m&egrave;re de Canal+ pourrait s'allier avec un partenaire polonais en cas d'acquisition du groupe de t&eacute;l&eacute;vision TVN, selon des sources proches du dossier. /Photo prise le 31 ao&ucirc;t 2011/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>