Les opérateurs contre un projet européen pro-fibre optique

lundi 3 octobre 2011 21h10
 

BRUXELLES (Reuters) - Les opérateurs télécoms ont vivement réagi lundi à un projet de l'Union européenne (UE) qui vise à doper l'investissement dans la fibre optique en réduisant les revenus engrangés sur les réseaux en cuivre, et ont jugé cette décision aveugle et néfaste au progrès technique.

La commissaire européenne à la Stratégie numérique Neelie Kroes a déclaré lundi à Bruxelles que l'UE cherchait une manière de rendre moins attractifs les réseaux en cuivre, dont les opérateurs historiques tirent une rente en les mettant à disposition à leurs concurrents.

Neelie Kroes a annoncé le lancement d'une consultation publique visant à définir une nouvelle approche sur le calcul des coûts d'accès au réseau en cuivre pour les concurrents des opérateurs historiques.

Selon cette nouvelle approche, qui n'en est qu'à un stade préliminaire, les opérateurs qui présentent des projets crédibles d'investissement dans la fibre optique pourraient se voir exemptés de l'abaissement des revenus du réseau en cuivre.

Les dirigeants d'une dizaine de groupes, dont France Télécom, Telefonica et Telecom Italia se sont élevés contre cette idée.

La jugeant "simplement folle", le patron de Telecom Italia Franco Bernabe a déclaré que cette nouvelle réglementation ne servirait qu'à handicaper davantage le secteur à l'heure où il souffre déjà d'un recul de ses revenus et de ses bénéfices.

"Il nous faut des impôts plus bas, moins de réglementation, un bon environnement opérationnel et plus de bénéfices. Au lieu de quoi on nous donne l'inverse", a-t-il dit lors d'une conférence.

Pierre Louette, secrétaire général de France Télécom, a déclaré à Reuters qu'il était surpris que l'UE ouvre un autre processus de consultation, ajoutant que cela apportait une incertitude malvenue sur le secteur.

Leila Abboud et Robert-Jan Bartunek, Jean Décotte pour le service français, édité par Gregory Schwartz