Le trafic de données au centre des préoccupations des opérateurs

mardi 27 septembre 2011 19h27
 

par Marie Mawad et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Les remous de la conjoncture commencent à inquiéter les opérateurs télécoms européens, même si la crise de la zone euro ne remet pas en cause, pour l'instant, leurs décisions d'investissement dans les réseaux, ont déclaré mardi à Reuters deux dirigeants de l'équipementier Nokia-Siemens Networks.

Les opérateurs ont les yeux rivés sur un éventuel impact de la macroéconomie sur la facture télécoms des particuliers, mais ils constatent que l'appétit ne faiblit pas pour les tablettes multimédia et la consommation de données sur les appareils mobiles, ont expliqué Thomas Jul, directeur de la zone Europe de l'Ouest et Thorsten Robrecht, chef des produits réseaux.

"Est-ce qu'on ressent la crise européenne ? Est-ce qu'on ressent un impact macro ? Je pense que personne n'y échappe. Mais quand j'en parle avec certains de mes clients, c'est une évidence que les usagers n'ont pas changé de comportement. Nous voyons toujours une explosion (du trafic de données, ndlr) et nous devons continuer d'y répondre", a déclaré Thomas Jul, interrogé à l'occasion du congrès sectoriel Broadband World Forum.

Thorsten Robrecht a également insisté sur la poursuite de tendances de fond favorables aux équipementiers télécoms, liées à l'explosion du trafic de données sur les réseaux mobiles avec la généralisation des smartphones et le développement de la vidéo sur ces appareils.

NSN estime qu'un usager moyen multipliera par plus de 65 fois sa consommation de données sur mobile entre 2010 et 2020.

Le trafic global de données a triplé en 2010, une tendance qui vaut pour chacune des trois années précédentes, selon les données de l'équipementier Cisco, qui estime que ce trafic sera multiplié par 26 à l'horizon de 2015.

Après avoir gelé leurs investissements pendant près de deux ans, les opérateurs télécoms européens ont recommencé à dépenser en capex ces derniers mois afin d'adapter leurs infrastructures à cette évolution exponentielle du trafic.

Les deux dirigeants de NSN ont toutefois reconnu que, dans un cadre macroéconomique européen dégradé, l'impact de la conjoncture constituait une inquiétude et un sujet de conversation avec des opérateurs clients.   Suite...

 
<p>Les remous de la conjoncture commencent &agrave; inqui&eacute;ter les op&eacute;rateurs t&eacute;l&eacute;coms europ&eacute;ens, m&ecirc;me si la crise de la zone euro ne remet pas en cause, pour l'instant, leurs d&eacute;cisions d'investissement dans les r&eacute;seaux, ont d&eacute;clar&eacute; mardi &agrave; Reuters deux dirigeants de l'&eacute;quipementier Nokia-Siemens Networks. /Photo d'archives/REUTERS/Michaela Rehle</p>