31 août 2011 / 17:13 / dans 6 ans

Les Etats-Unis opposés à la vente de T-Mobile à AT&T

<p>L'administration am&eacute;ricaine a engag&eacute; mercredi une proc&eacute;dure judiciaire visant &agrave; bloquer la vente par Deutsche Telekom de sa filiale am&eacute;ricaine T-Mobile au g&eacute;ant AT&amp;T pour des motifs de respect de la concurrence. /Photo prise le 31 ao&ucirc;t 2011/REUTERS/Danny Moloshok</p>

par Jeremy Pelofsky et Diane Bartz

FRANCFORT/WASHINGTON (Reuters) - L‘administration américaine a engagé mercredi une procédure judiciaire visant à bloquer la vente par Deutsche Telekom de sa filiale américaine T-Mobile au géant AT&T pour des motifs de respect de la concurrence.

Dans une plainte déposée mercredi, le département américain de la Justice estime que l‘acquisition, chiffrée à 39 milliards de dollars (27 milliards d‘euros) sera négative pour les consommateurs et tirera les prix à la hausse.

“À moins que cette fusion soit bloquée, la concurrence et l‘innovation seront réduites, et les consommateurs en souffriront”, a déclaré Sharis Pozen, à la tête de la division antitrust du département de la Justice.

L‘action Deutsche Telekom a terminé la séance en baisse de 7,64% à 8,8 euros, alors que le Dax allemand, indice phare de la Bourse de Francfort, a gagné 2,5%.

A Wall Street, le titre AT&T dévissait de 4,5%.

L‘avocat d‘AT&T a qualifié d‘inattendue l‘initiative du département de la Justice et a fait savoir que le groupe la combattrait devant les tribunaux.

Deutsche Telekom a déclaré qu‘il ferait cause commune avec AT&T, estimant que ces derniers événements n‘impliquaient en rien la fin de la transaction.

L‘opérateur allemand prend également acte du fait que le département de la Justice est disposé à discuter d’éventuelles concessions pour résoudre les problèmes de concurrence.

Un échec du rachat de T-Mobile viendrait contrarier les projets d‘expansion d‘AT&T et lui coûterait cher, le groupe s’étant engagé à verser en cas de rupture de contrat une indemnité évaluée autour de 6 milliards de dollars, comprenant 3 milliards en numéraire, des fréquences et un accord sur l‘itinérance avec T-Mobile.

Des concurrents d‘AT&T, dont Sprint Nextel et Leap Wireless, ont déjà exprimé leur opposition à ce rachat, soulignant qu‘il concentrerait 80% de la clientèle américaine de téléphonie mobile dans seulement deux opérateurs, AT&T/T-Mobile et Verizon Wireless.

La Commission fédérale des communications (FCC), habilitée avec le département de la Justice à valider ou non la transaction, a elle aussi exprimé mercredi son inquiétude quant à l‘impact d‘une telle fusion sur la concurrence.

Natalie Huet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below