August 31, 2011 / 10:54 AM / 6 years ago

Le prix, facteur décisif pour le succès des tablettes de Sony

5 MINUTES DE LECTURE

<p>Les premi&egrave;res tablettes tactiles de Sony, qui devraient &ecirc;tre pr&eacute;sent&eacute;es ce mercredi, risquent de se heurter aux positions d&eacute;j&agrave; bien &eacute;tablies de l'iPad d'Apple et de la Galaxy Tab de Samsung, surtout si leur prix s'av&egrave;re peu comp&eacute;titif. Sony a dit viser la place de num&eacute;ro deux de ce march&eacute; &agrave; tr&egrave;s forte croissance, actuellement occup&eacute;e par Samsung Electronics derri&egrave;re le pr&eacute;curseur Apple. /Phot prise le 13 juillet 2011/Brendan McDermid TECH)</p>

par Isabel Reynolds

TOKYO (Reuters) - Les premières tablettes tactiles de Sony, qui devraient être présentées ce mercredi, risquent de se heurter aux positions déjà bien établies de l'iPad d'Apple et de la Galaxy Tab de Samsung, surtout si leur prix s'avère peu compétitif.

Le géant japonais de l'électronique, à l'origine des consoles de jeux vidéo PlayStation et des PC Vaio, est à la peine sur le segment des téléviseurs et a bien besoin d'un nouveau produit à succès pour se relancer.

"Il faut vraiment que Sony soit sur le marché des tablettes et qu'il s'y impose", juge Keita Wakabayashi, analyste chez Mito Securities.

Sony a dit viser la place de numéro deux de ce marché à très forte croissance, actuellement occupée par Samsung Electronics derrière le précurseur Apple.

On s'attend à ce que le groupe nippon lance ce mercredi ses modèles lors d'une conférence spécialisée en Allemagne. Sony n'a pour le moment dévoilé ses deux appareils qu'une seule fois, lors d'une présentation en avril à Tokyo.

La tablette S1 dispose d'un écran de 9,4 pouces et la S2, pliable, de deux écrans de 5,5 pouces. Les deux fonctionneront sous une version adaptée du système d'exploitation Android de Google, baptisée Honeycomb.

Sony espère que des fonctionnalités comme l'accès aux jeux PlayStation de première génération ou le design incurvé de la S1 permettront à ces modèles de se distinguer des quelque 100 tablettes utilisant Android.

Mais les analystes estiment que leur prix, qui doit être rendu public dans la journée, pourrait être le facteur déterminant.

"Nous craignons que la tablette S1 soit trop chère (c'est-à-dire autour de 600 dollars, soit 415 euros) et se vende mal, et nous pensons que le design pliable de la S2 échouera", écrit dans un rapport Jeff Loff, analyste de Macquarie Securities.

LE PRÉCÉDENT HP

La décision de Hewlett Packard d'abandonner la production du TouchPad peu après son lancement montre qu'il est difficile de s'imposer sur ce marché. HP a néanmoins décidé de produire une dernière salve de sa tablette du fait de l'explosion des ventes, le prix ayant été cassé en vue d'une liquidation du produit.

Les analystes estiment qu'Apple avait écoulé 30 millions d'iPad à la mi-août, loin devant son dauphin Samsung dont les ventes de Galaxy Tab devraient atteindre 7,5 millions d'unités cette année.

L'iPad comme la Galaxy Tab affichent un prix supérieur à 500 dollars.

Toutefois, même si Sony parvenait à s'imposer sur ce marché très concurrentiel, les analystes jugent que le cours du titre ne rebondira pas pour autant après une chute d'environ 17% depuis la publication des résultats trimestriels du groupe le 28 juillet. Dans le même temps, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a cédé 10%.

"Ce ne sera pas un grand coup de fouet pour les bénéfices même si le produit réussit", prévient Shigeo Sugawara, de Sompo Japan Nipponkoa Asset Management.

"C'est toujours une petite catégorie par rapport au marché total des PC. Ce ne sera sans doute pas un catalyseur pour le cours de l'action (...), c'est davantage un exercice pour l'image de marque."

"Le principal facteur susceptible de faire évoluer le prix de l'action Sony, ce sont les téléviseurs", ajoute-t-il.

Au début du mois, le directeur financier de Sony a déclaré au quotidien Nikkei que le groupe allait mettre au point ce mois-ci un plan pour réorganiser sa division télévision, dont les performances laissent à désirer, la possibilité d'un rapprochement avec d'autres entreprises n'étant pas exclue.

Jean Décotte pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below