Steve Jobs, incarnation d'Apple

jeudi 25 août 2011 11h49
 

par Georgina Prodhan et Poornima Gupta

LONDRES/SAN FRANCISCO (Reuters) - Steve Jobs, difficile à comprendre, difficile à cotoyer au travail et jugé irremplaçable par nombre des fans et des investisseurs d'Apple, a toujours défié les conventions et les attentes.

L'annonce soudaine de sa démission de la direction générale du groupe qu'il a cofondé en 1976 n'a pas failli à cette règle. Elle a coupé le souffle. Le cours de l'action Apple a immédiatement plongé dans les transactions électroniques d'après-clôture à Wall Street.

Ce départ pouvait pourtant sembler prévisible en raison des problèmes de santé récurrents de Steve Jobs, qui est âgé de 56 ans et était en congé maladie depuis janvier, le deuxième en deux ans, après avoir guéri d'un cancer du pancréas quelques années auparavant. Il avait brièvement réapparu en mars, amaigri, pour présenter la nouvelle version de l'iPad, la tablette d'Apple.

"Steve Jobs n'est pas un patron typique. C'est à la fois un visionnaire du point de vue technologique et un manager. Dire qu'il a joué un rôle décisif ou essentiel dans la résurrection d'Apple, c'est un doux euphémisme", a commenté Ashok Kumar, analyste à Rodman & Renshaw.

Le succès d'Apple depuis que Steve Jobs en avait repris les commandes après douze ans d'absence apparaît indissociable de sa personne. "Steve Jobs est considéré par les marchés comme la force directrice majeure de la stratégie d'Apple", jugeait en janvier Richard Windsor, spécialiste des nouvelles technologies chez Nomura.

Sous sa houlette, Apple est devenue la deuxième capitalisation boursière mondiale et talonne celle de la major pétrolière Exxon Mobil.

VISIONNAIRE ET DICTATORIAL

"Steve Jobs est le patron qui a le mieux réussi aux Etats-Unis ces 25 dernières années", a dit le président de Google Eric Schmidt, qui siégea un temps au conseil d'administration d'Apple. "C'est un mélange unique, une touche d'artiste et la vision d'un ingénieur qui a bâti une société exceptionnelle, parmi les plus grandes de l'histoire des USA."   Suite...

 
<p>En deux passages &agrave; la t&ecirc;te d'Apple, Steve Jobs, qui a d&eacute;missionn&eacute; mercredi de ses fonctions de directeur g&eacute;n&eacute;ral du groupe, est devenu une figure embl&eacute;matique du secteur des nouvelles technologies, au point de faire vaciller son groupe &agrave; chaque annonce concernant son &eacute;tat de sant&eacute;, objet de nombreuses sp&eacute;culations. /Photo prise le 24 ao&ucirc;t 2011/REUTERS/Beck Diefenbach</p>