Apple viserait Google dans la guerre des brevets

dimanche 14 août 2011 15h20
 

par Poornima Gupta

SAN FRANCISCO (Reuters) - L'offensive d'Apple dans la guerre des brevets sur le marché de la téléphonie et des tablettes pourrait avoir pour cible réelle Google, dont le système Android est utilisé par la majorité des fabricants d'appareils électroniques.

Apple a déposé devant plusieurs tribunaux dans différents pays des plaintes contre Samsung, Motorola et HTC. Le groupe californien accuse ces trois constructeurs majeurs, qui utilisent le logiciel Android de Google, de violation des droits de propriété intellectuelle et de copie du design et de l'interface de ses appareils.

Un tribunal de Düsseldorf, en Allemagne, a décidé mercredi d'interdire provisoirement la vente de la tablette Galaxy de Samsung dans l'Union européenne - hors Pays-Bas - à la suite d'une procédure initiée par le créateur de l'iPad.

Brian Marshall, analyste au cabinet Gleacher & Co, estime que si Apple montre avec un certain succès ses muscles dans la guerre des brevets, la véritable bataille du groupe à la pomme concerne Android.

"Apple ne se soucie pas tellement des fabricants d'électronique", ajoute-il.

De fait, avec près de 550.000 appareils Android activés par jour, le système d'exploitation de Google est en train d'assiéger l'iPhone d'Apple sur le marché des smartphones.

Cet élan pourrait toutefois être freiné en justice par la multiplication des procès intentés par Apple.

Toute injonction remportée par Apple, si elle est appliquée, pourrait signifier qu'Android peut être forcé de retirer la fonctionnalité incriminée de son logiciel, explique Ron Laurie, consultant dans le domaine des brevets au cabinet Inflexion Point Strategy.   Suite...

 
<p>L'offensive d'Apple dans la guerre des brevets sur le march&eacute; de la t&eacute;l&eacute;phonie et des tablettes pourrait avoir pour cible r&eacute;elle Google, dont le syst&egrave;me Android est utilis&eacute; par la majorit&eacute; des fabricants d'appareils &eacute;lectroniques. /Photo prise le 9 f&eacute;vrier 2010/REUTERS/Robert Galbraith</p>