Eutelsat réitère ses ambitions à trois ans, va investir plus

jeudi 28 juillet 2011 18h26
 

par Marie Mawad

PARIS (Reuters) - L'opérateur de satellites Eutelsat a maintenu ses objectifs de moyen-terme, les réitérant jusqu'en 2014, après un exercice 2011-2012 marqué par un bond des ventes, des bénéfices et du dividende.

Le groupe, qui bénéficie d'une forte visibilité et a habitué les investisseurs à dépasser régulièrement ses objectifs, a de nouveau fait légèrement mieux qu'il ne l'avait anticipé, faisant état d'un bénéfice net de 338,5 millions d'euros, pour une marge d'Ebitda de 79,3% et des ventes de 1,168 milliard (+11,5%).

Dans une interview à Reuters, son directeur général Michel de Rosen cite une demande forte et le renforcement prévu des capacités satellitaires du groupe pour appuyer sa prévision d'une croissance annuelle moyenne de ses ventes supérieure à 7% et une marge d'Ebitda supérieure à 77%, jusqu'en 2014.

Pour accompagner cette croissance, Eutelsat a relevé sa prévision d'investissements et indique qu'il y consacrera désormais 550 millions d'euros en moyenne par an, jusqu'en 2014, contre 450 anticipé précédemment.

"Le ratio de capex rapporté au chiffre d'affaires reste dans les proportions que l'on a l'habitude de faire", précise toutefois Catherine Guillouard, directrice financière du groupe.

Le groupe va lancer deux satellites courant septembre et octobre, après avoir mis KA-SAT en service fin mai dernier.

"La mise en place a été plus lente que pour un satellite normal (...) Nous sommes dans les clous. Nous confirmons la guidance", a déclaré Michel de Rosen au sujet de KA-SAT, réitérant viser une contribution du chiffre d'affaires de 100 millions d'euros pour cet appareil en 2014.

Les premiers effets bénéfiques de KA-SAT sur les ventes se feront sentir dès cette année, a précisé le directeur général.   Suite...

 
<p>Le directeur g&eacute;n&eacute;ral d'Eutelsat, Michel de Rosen. L'op&eacute;rateur de satellites Eutelsat a maintenu ses objectifs de moyen-terme, les r&eacute;it&eacute;rant jusqu'en 2014, apr&egrave;s un exercice 2011-2012 marqu&eacute; par un bond des ventes, des b&eacute;n&eacute;fices et du dividende. /Photo prise le 24 mai 2011/REUTERS/St&eacute;phane Mah&eacute;</p>