Bruxelles veut aider les opérateurs virtuels, baisser le roaming

mercredi 6 juillet 2011 20h16
 

BRUXELLES (Reuters) - Les opérateurs virtuels de téléphonie mobile comme les distributeurs Carrefour ou Tesco pourront plus facilement concurrencer les grands groupes de téléphonie, selon les règles proposées mercredi par la Commission européenne pour renforcer l'ouverture du marché.

L'exécutif communautaire propose de permettre l'utilisation par ces opérateurs virtuels, qui ne possèdent pas leurs propres réseaux, des infrastructures de leurs concurrents, y compris à l'étranger, et de plafonner le prix de gros que ces derniers leur facturent.

Le but est in fine de permettre aux utilisateurs qui voyagent en Europe de choisir un service en itinérance moins cher en faisant appel à la concurrence mais tout en conservant leur numéro d'appel habituel. Ceci d'ici le 1er juillet 2014.

"Cette proposition s'attaque aux racines du problème - le manque de concurrence sur le marché du roaming - en donnant aux consommateurs un plus grand choix et en donnant aux opérateurs alternatifs un accès plus facile à ce marché", a déclaré Neelie Kroes, la commissaire européenne chargée de l'Agenda numérique, lors d'une conférence de presse.

"Cela aurait aussi pour conséquence de faire chuter de manière immédiate les prix des données en roaming, sur lesquels les opérateurs ont des marges outrageuses", a-t-elle poursuivi.

Si cette proposition était adoptée par les Etats membres de l'UE et le Parlement européen, les marges des grands opérateurs que sont Vodafone, Deutsche Telekom, Telefonica ou France Telecom pourraient s'en ressentir de manière immédiate.

D'ici à ce que la baisse des tarifs de gros produise ses effets pour les consommateurs, la Commission propose de plafonner les prix de détails pour les appels, les messages textes et les services de données.

La minute d'appel émis en roaming passerait ainsi de 35 cents actuellement à 32 cents le 1er juillet 2012 puis 24 cents le 1er juillet 2014 alors que les messages texte baisserait de 11 cents aujourd'hui à 10 cents le 1er juillet 2012.

En ce qui concerne les services de données, un marché en pleine explosion avec l'avènement des smartphones, ceux-ci seraient désormais également plafonnés avec un prix à 90 cents par mégaoctet le 1er juillet 2012 puis 70 cents le 1er juillet 2013 et 50 cents le 1er juillet 2014.

Julien Toyer, avec Francesco Guarascio, édité par Jean-Michel Bélot