Concurrence accrue et baisse des prix du mobile en vue

mercredi 6 juillet 2011 17h50
 

PARIS (Reuters) - Les pressions concurrentielles dans la téléphonie mobile en France devraient continuer de s'accentuer cette année et en 2012, laissant présager de nouvelles baisses de prix dans ce segment, a déclaré mercredi le président du régulateur français des télécoms.

En amont du lancement du nouvel opérateur Free Mobile, qui a promis de faire baisser la facture des Français, Jean-Ludovic Silicani, le président de l'Arcep, fait état d'une montée en puissance des opérateurs mobiles alternatifs sans réseau (MVNO) et de transformations "significatives" sur le marché, qui pèsent sur les prix.

"Intuitivement, il me semble qu'il y a eu une animation concurrentielle plus forte en 2010 qu'en 2009 (...) Ce qu'on peut penser c'est qu'il y a une pression concurrentielle croissante qui va s'accentuer encore en 2011, puis en 2012 avec l'arrivée d'un nouvel opérateur", a expliqué le président du régulateur des télécoms lors d'une conférence de presse.

L'Arcep publie pour la première fois un indicateur des prix dans le mobile qui, dans cette édition, fait état d'une diminution annuelle moyenne de 2,8% des prix du mobile en France pour la période de 2006 à 2009.

Le régulateur annoncera dans une prochaine édition les chiffres pour 2010 et 2011, ainsi que le calcul incluant les services de transfert de données sur les portables, dits de "data".

Les opérateurs existants, France Télécom, SFR et Bouygues Telecom, ont multiplié ces derniers mois les initiatives visant à conquérir et à fidéliser des clients, dans le cadre de contrats d'un ou de deux ans, avant l'arrivée du nouvel entrant Free Mobile.

Ils ont, à cet effet, alterné baisses de prix, nouvelles technologies et offres commerciales combinées en bouquets pour tenter de s'assurer une longueur d'avance sur Free.

Les MVNO, et au premier rang le leader français de cette catégorie Virgin Mobile, ont quant à eux lancé des offres moins chères, destinées aux catégories de consommateurs en entrée de gamme, auxquelles Free pourrait s'adresser en priorité.

La filiale d'Iliad doit faire son entrée sur le marché au plus tard en début d'année 2012, mais des articles de presse ont récemment fait état d'un lancement dès la rentrée.

Les tarifs de Free Mobile et son mode de distribution -en boutique ou sur internet- n'ont pas été révélés pour l'instant.

Marie Mawad, édité par Matthieu Protard

 
<p>Les pressions concurrentielles dans la t&eacute;l&eacute;phonie mobile en France devraient continuer de s'accentuer cette ann&eacute;e et en 2012, laissant pr&eacute;sager de nouvelles baisses de prix dans ce segment, selon le pr&eacute;sident du r&eacute;gulateur fran&ccedil;ais des t&eacute;l&eacute;coms. /Photo d'archives/REUTERS/Luke MacGregor</p>