L'épouvantail Netflix, coup de fouet pour l'audiovisuel français

vendredi 24 juin 2011 14h51
 

par Marie Mawad et Gwénaelle Barzic

PARIS (Reuters) - La possible arrivée de l'américain Netflix en France a sonné l'alarme pour les acteurs de l'audiovisuel français, qui s'empressent d'organiser leur riposte en proposant, avant leur concurrent étranger, de nouvelles offres de vidéos sur internet.

Le site web Dailymotion, adossé à l'opérateur télécoms Orange, a déclaré à Reuters qu'il lancerait d'ici Noël une offre payante de ce type, mais d'autres groupes français, dont des chaînes de télévision, pourraient lui emboîter le pas.

Dans l'Hexagone, Canal+ et TF1 possèdent les plus gros catalogues de films et de séries et, si les deux groupes se contentent pour l'instant de proposer de la VOD à l'unité, la filiale de Bouygues réfléchit à l'opportunité de lancer une offre par abonnement.

Car le marché français est encore peu concurrentiel dans ce domaine, en dépit d'un appétit démontré de la part des usagers pour consommer des vidéos à partir d'ordinateurs, de tablettes électroniques ou de téléphones portables.

"Netflix utilise jusqu'à 30% du réseau à lui tout seul dans certains cas aujourd'hui", expliquait récemment Pierre Louette, le secrétaire général de France Télécom, au sujet de celui que certains ont baptisé "l'ogre des réseaux".

Avec ses 23 millions d'abonnés, Netflix peut se targuer d'avoir dépassé de loin les audiences des chaînes de télévision grâce à son offre de location de DVD couplant l'envoi postal et la projection sur internet ("streaming").

La société, dont le cours de Bourse a été multiplié par neuf au cours des deux dernières années, s'est lancée il y a quelques mois au Canada et ne cache pas ses ambitions à l'international, tout en maintenant pour l'instant le flou sur ses cibles.

Officiellement, Netflix dit prévoir un lancement sur un nouveau marché début 2012.   Suite...

 
<p>La possible arriv&eacute;e de l'am&eacute;ricain Netflix en France a sonn&eacute; l'alarme pour les acteurs de l'audiovisuel fran&ccedil;ais, qui s'empressent d'organiser leur riposte en proposant, avant leur concurrent &eacute;tranger, de nouvelles offres de vid&eacute;os sur internet. /Photo d'archives/REUTERS/Brian Snyder</p>