Nouvelle plainte pour violation de brevet d'Apple contre Samsung

vendredi 24 juin 2011 12h51
 

SEOUL (Reuters) - Apple a déposé en Corée du Sud une plainte pour violation de brevets contre Samsung, a-t-on appris vendredi de source judiciaire, dans un nouvel épisode de leur bataille juridique autour des smartphones et des tablettes numériques.

Ce litige s'inscrit dans une longue suite de plaintes mutuelles. Samsung a attaqué son concurrent en justice en Corée du Sud, au Japon et en Allemagne en avril, après qu'Apple a demandé l'ouverture d'une enquête contre le groupe sud-coréen, l'accusant d'avoir, avec sa gamme Galaxy, "servilement" copié ses modèles iPhone et iPad.

Un porte-parole d'Apple Corée s'est refusé à commenter l'information, s'en tenant à la position de la marque à la pomme quant à cette similitude présumée entre les modèles.

La semaine dernière, un avocat d'Apple affirmait devant un tribunal américain que les questions de brevets étaient au centre de discussions "au plus haut niveau" entre les groupes.

Les principaux acteurs du secteur à très forte croissance des tablettes et smartphones se livrent une bataille féroce pour tenter d'au moins préserver leurs parts de marché.

A la faveur du succès de la plateforme mobile Android, Samsung s'est imposé comme le principal concurrent d'Apple sur le segment des tablettes.

Mais les deux groupes sont aussi étroitement liés, puisque les résultats de Samsung font apparaître qu'Apple a été au premier trimestre le client numéro un du géant sud-coréen, auprès duquel il se fournit notamment en semi-conducteurs.

Hyunjoo Jin, Grégory Blachier pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

 
<p>Un iPhone 4 d'Apple (&agrave; droite) et un Galaxy S de Samsung Electronics. Apple a d&eacute;pos&eacute; en Cor&eacute;e du Sud une plainte pour violation de brevets contre Samsung, dans un nouvel &eacute;pisode de la bataille juridique qui fait rage entre les deux groupes autour des smartphones et des tablettes num&eacute;riques. /Photo prise le 22 avril 2011/REUTERS/Truth Leem</p>